/news/currentevents
Navigation

Un garçon de dix ans résout des cubes Rubik les yeux bandés

Un garçon de dix ans résout des cubes Rubik les yeux bandés
PHOTO AGENCE QMI, AMÉLIE ST-YVES

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Plus de 100 personnes se sont affrontées à une compétition de résolution de cubes Rubik, samedi, dont un Montréalais de dix ans qui en a complété un les yeux bandés.

Théodore Beaumont, 10 ans, a réussi son cube Rubik en 6 minutes et 50 secondes les yeux bandés, après l’avoir mémorisé. 

Il était un peu déçu du chronomètre, car il arrive normalement à compléter l’épreuve en quatre ou cinq minutes. En raison de petites erreurs dans ses deux premiers essais, il a dû ralentir le rythme. 

«J’ai plus pris mon temps, pour être sûr de réussir», a dit le gamin lors de la compétition de Speedcubing, qui se tenait au centre sportif du Collège Mont-Royal. 

Dix-huit personnes ont pris part à l’épreuve qui n’a rien de banal. Le chronomètre démarre au moment où le compétiteur découvre son cube. Il le regarde et le mémorise le temps qu’il veut, puis se met un bandeau sur les yeux pour commencer à classer les côtés par couleur. Un juge tient une feuille entre les yeux du compétiteur et le cube pour être certain qu’il ne voit rien à travers son bandeau. 

La stratégie des joueurs est généralement de retenir des phrases avec des mots qui représentent des enchaînements de mouvements. 

«Il faut mémoriser chaque pièce va à quel endroit, il faut tout retenir ça. Après on met le bandeau et on commence à placer les pièces avec des séries de mouvements qu’on appelle des algorithmes», dit Théodore Beaumont, qui s’entraîne une à deux heures par jour. 

L’enfant de 5e année réussit un cube Rubik en 30 secondes sans bandeau sur les yeux et rêve d’être parmi les meilleurs au monde. 

23 secondes

L’Ontarien, Antoine Cantin, 20 ans, a également impressionné les dizaines de personnes rassemblées. Il a réussi à replacer son premier cube les yeux bandés en 42 secondes, son deuxième en 25 secondes, et son troisième en 23 secondes. Cela inclut le temps pour les mémoriser. 

«Ma moyenne est autour de ça. Le 42 secondes était vraiment lent, parce que je voulais m’assurer de le résoudre», a-t-il dit. 

Antoine Cantin a battu cinq records mondiaux en carrière, dont la résolution à une main et la résolution à l’aveugle. 

La compétition de samedi n’était pas dans un circuit quelconque, mais les résultats recueillis permettaient d’améliorer son classement canadien et mondial.