/sports
Navigation

5 constats: le Canadien a manqué de ressources

Ryan Poehling (à droite) s’est bien amusé samedi soir à son premier match dans la LNH.
Photo Martin Chevalier Ryan Poehling (à droite) s’est bien amusé samedi soir à son premier match dans la LNH.

Coup d'oeil sur cet article

Après la soirée magique de Ryan Poehling au Centre Bell samedi, l’heure est maintenant au bilan chez le Canadien. Une autre saison marquée par une élimination à la fin de la saison régulière. Pour une troisième fois en quatre ans. Ça commence à devenir une habitude.

Le Canadien a égalé un record pour le plus grand nombre de points par une équipe qui ne participe pas aux séries avec 96. Certains vont crier au scandale. Minute !

C’est aussi arrivé aux Panthers de la Floride (2017-18) et aux Bruins de Boston (2014-15). C’est une situation frustrante, mais toutes les équipes jouent avec le même système d’attribution de points.

Un fait demeure. Le directeur général Marc Bergevin et l’entraîneur-chef Claude Julien devront éviter d’être complaisants dans leurs évaluations de cet autre échec à leur fiche. L’attitude a été meilleure, mais leur club a encore raté les séries.

Durant toute la saison, le Canadien m’a fait penser à un train qui a roulé à plein régime avec les moyens du bord. Ses joueurs n’avaient pas le choix. Ils n’avaient pas la profondeur de leurs rivaux.

Pendant ce temps, les Hurricanes de la Caroline et les Blue Jackets de Columbus n’ont jamais paniqué. Leur train respectif se maintenait dans la course, tout en évitant une mauvaise séquence qui aurait mené à un déraillement. Ils ont ouvert la machine au bon moment et leurs meilleurs joueurs ont fait le travail. Rien de sorcier.

Chez le Canadien, aucun joueur n’a été en mesure de prendre l’équipe sur ses épaules. Oui, il y a Carey Price. Il peut arrêter 40, 50 ou même 60 tirs dans un match, mais ce n’est pas lui qui va marquer les buts.

Manque de canons

Les joueurs et les dirigeants du Tricolore rencontreront les médias pour une dernière fois mardi. Il sera question de progression, d’attitude et des points positifs de la campagne. Aucun membre de l’organisation n’osera parler des vraies lacunes de leur formation.

La plus flagrante est le manque de profondeur à l’attaque. Ce n’est pas normal que Jordan Weal ait pris une place aussi importante après son acquisition. On peut parler d’un vote d’un manque de confiance à l’endroit des joueurs en place de la part de Julien.

Parlons de Jonathan Drouin. Une rencontre est obligatoire entre le Québécois et son entraîneur cet été. Ils devront trouver un compromis. L’entraîneur-chef tente d’en faire un joueur de système, alors qu’il ne l’a jamais été. Il fait fausse route.

Une question de... Poehling !

Ryan Poehling n’a pas raté sa chance de faire une bonne première impression. Cependant, respirons par le nez.

Poehling a du potentiel, mais il a encore des choses à apprendre. Il a les habiletés pour devenir un bon joueur dans la LNH, mais voyons ce qu’il fera dans une saison de 82 matchs avant de s’exciter le poil des jambes.

Quel rôle Claude Julien va-t-il lui attribuer ? Sûrement celui de troisième centre. Doit-on l’étouffer dès le départ avec des missions défensives ? Ça semble la norme à Montréal.

Les Alouettes s’en vont dans le mur

Ryan Poehling (à droite) s’est bien amusé samedi soir à son premier match dans la LNH.
Photo Pierre Durocher

La saga entourant la vente des Alouettes se poursuit. Le groupe dirigé par Éric Lapointe s’est retiré du processus. Une nouvelle très inquiétante. Même si les offres étaient sérieuses, elles n’auraient pas eu beaucoup de considération de la part du propriétaire Bob Wetenhall. Pourtant, la valeur des Alouettes n’a jamais été aussi basse. C’est à n’y rien comprendre. Il est vraiment temps que les autorités de la LCF mettent leur pied à terre face au propriétaire des Alouettes. Ça urge !

Un gardien de la LHJAAAQ imite Martin Brodeur

Ryan Poehling (à droite) s’est bien amusé samedi soir à son premier match dans la LNH.
Photo AFP

Au cours de sa carrière, chaque gardien souhaite dans son for intérieur inscrire un but. Un rêve un peu fou. Celui du Titan de Princeville, Mathieu Bellemare, l’a réalisé lors d’un match de série contre le Collège français de Longueuil, vendredi soir. Un exploit très rare. Dans la LNH, le dernier gardien à avoir marqué un but en séries est Martin Brodeur en 1997 et il l’avait fait contre le Canadien. On peut penser que Bellemare a eu de la misère à dormir après cette fin de match mémorable.

Félix Potvin est prêt pour la prochaine étape

Ryan Poehling (à droite) s’est bien amusé samedi soir à son premier match dans la LNH.
Photo courtoisie, Ligue midget AAA

Les Cantonniers de Magog ont remporté un deuxième Championnat des séries de suite la semaine dernière. Encore une fois, l’entraîneur-chef Félix Potvin a su mener sa troupe à bon port. Dans une ligue aussi compétitive que la Ligue midget AAA, il faut le faire. Le nom de Potvin va à nouveau circuler pour un poste dans la LHJMQ pour la saison 2019-2020. S’il quitte les Cantonniers, c’est que l’opportunité sera la bonne. Il n’acceptera pas n’importe quel emploi.

Ulysse a le droit de ne pas accorder d’entrevue

Ryan Poehling (à droite) s’est bien amusé samedi soir à son premier match dans la LNH.
Photo Pierre-Paul Poulin

Dans 17 jours, Yves Ulysse fils aura sa revanche contre l’Albertain Steve Claggett qui lui a infligé sa première défaite en carrière en 2017. Depuis l’annonce de ce duel, Ulysse n’a pas accordé d’entrevue aux médias. Et il ne le fera pas avant la fin de son combat. Sa raison ? Elle est personnelle. Est-ce qu’il est obligé d’en faire ? Non. Il n’a pas la tâche de mousser la vente des billets ou d’abonnements sur DAZN. Il veut simplement être dans sa bulle, et c’est tout. Il faut respecter cela.