/sports/hockey/canadien
Navigation

Pas assez de 96 points

Pas assez de 96 points
Photo Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

« C’est difficile à accepter. C’est un sentiment terrible. Nous frôlons une saison de 100 points avec 96, mais nous ne participons même pas aux séries. Malgré le fait que nous n’avons pas atteint notre principal objectif, il y a plusieurs éléments positifs. Nous pourrons construire sur cette saison. »

Andrew Shaw a analysé de cette façon la saison 2018-2019 du Canadien. Pour une troisième fois seulement, une équipe avec 96 points ne participera pas au bal du printemps.

L’an dernier, les Panthers de la Floride avaient également manqué les séries après une récolte de 96 points, soit un de moins que les Devils du New Jersey et les Blue Jackets de Columbus. Pour Claude Julien, ce chiffre lui fera penser à un mauvais souvenir. Lors de la saison 2014-2015, les Bruins avaient terminé au neuvième rang dans l’Association de l’Est avec 96 points.

« Quand tu as 96 points, c’est une bonne saison, a dit Julien en conférence de presse. Mais malheureusement, ce n’était pas assez. Il y a des équipes avec de moins bonnes saisons que nous dans l’Association de l’Ouest qui participent aux séries. Je ne cherche pas à me plaindre, je vis avec cette réalité. Quand tu regardes notre groupe et notre noyau de joueurs, je trouve que nous avions beaucoup de caractère. »

À l’image de Shaw et de Julien, Shea Weber aurait également souhaité une fin différente à cette saison.

« Nous méritions un meilleur sort, a souligné le capitaine. Nous avons travaillé fort toute l’année, nous nous sommes battus. À mes yeux, quand tu obtiens 96 points, c’est une bonne saison. »

Sur un nuage

Un tour du chapeau et le but gagnant en tirs de barrage. Même Réjean Tremblay n’aurait pas osé écrire un tel scénario pour l’un de ses 882 épisodes de Lance et compte. Dans le vestiaire du CH, Ryan Poehling cherchait ses mots pour décrire ce qu’il ressentait.

« Je n’avais même pas connu un match de trois buts en trois ans à St. Cloud dans la NCAA. C’était une soirée spéciale, je ne pouvais même pas imaginer ça. En plus, mes parents et ma famille étaient présents au Centre Bell. Pour l’instant, je ne réalise pas trop ce qui se passe. »