/news/currentevents
Navigation

[VIDÉO] Un cheval s’effondre à la cabane à sucre

Coup d'oeil sur cet article

Les images d’un cheval mal en point dans une cabane à sucre des Laurentides ont choqué les internautes, samedi. La direction de l’établissement a d’ailleurs rapidement décidé de suspendre les promenades à cheval en attendant de comprendre ce qui s’est passé.

À Saint-Eustache, samedi, un cheval attelé à une carriole s’est effondré au sol à la cabane à sucre Constantin, une scène qui a été filmée par des témoins. Sur les vidéos envoyées à TVA Nouvelles, on peut voir la bête, quelques minutes avant qu’elle ne s’affale, ayant selon toute vraisemblance de la difficulté à respirer.

  La gestion de la cabane à sucre Constantin a indiqué que les chevaux appartiennent à un sous-traitant et a assuré mener une enquête pour faire la lumière sur toute l’histoire.  

«Suite aux événements qui se sont produits aujourd’hui, nous désirons avertir nos clients que l’activité de promenade en traîneau à chevaux sera temporairement arrêtée. Étant donné que cette activité est offerte par un sous-traitant, nous désirons faire appel à des experts afin qu’ils évaluent la qualité des soins prodigués aux animaux en question. Comme la maltraitance n’est pas tolérée par notre entreprise, nous préférons suspendre l’activité dans l’attente de la réponse des experts», pouvait-on lire sur la page Facebook de l’entreprise, dès samedi soir.

Le cheval va mieux

Un vétérinaire a depuis examiné l’animal, a rapporté l’un des copropriétaires, André Constantin, à TVA Nouvelles. Il semble qu’il va mieux aujourd’hui et que le spécialiste n’a décelé aucune anomalie ou problème de santé.

«On travaille avec des gens qui sont spécialistes et des gens qui sont responsables aussi. Je ne veux pas avoir de problèmes ici», a poursuivi M. Constantin, qui dit avoir constaté de lui-même, après avoir visité les installations du sous-traitant Alain Lavigne, que ses chevaux «sont bien nourris et logés». Il a précisé d’ailleurs n’avoir jamais eu de problème semblable dans le passé.

Interrogé par TVA Nouvelles, le propriétaire du cheval s’est défendu de maltraiter ses animaux. «J’adore les chevaux, j’ai passé ma vie avec les chevaux. Mes chevaux, c’est de l’or pour moi, je ne les “maganerais” pas!», a lancé M. Lavigne, qui possède une dizaine de bêtes.

La Société protectrice des animaux doit se déplacer chez lui, lundi, une rencontre qui ne l’inquiète pas.