/entertainment/tv
Navigation

TVA Sports bientôt brouillée pour les abonnés de Bell

La patron de Québecor Pierre Karl Péladeau de passage à Ottawa

Le grand patron de Québecor Pierre Karl Péladeau a exigé lundi devant le Cercle canadien d’Ottawa des changements majeurs au système de redevances de la télé spécialisée au Québec.
Photo Guillaume St-Pierre Le grand patron de Québecor Pierre Karl Péladeau a exigé lundi devant le Cercle canadien d’Ottawa des changements majeurs au système de redevances de la télé spécialisée au Québec.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Québecor passera de la parole aux actes dans les prochains jours en coupant le signal de TVA Sports aux abonnés de Bell, a laissé entendre le chef de la direction de l’entreprise, Pierre Karl Péladeau.

• À lire aussi: Pierre Karl Péladeau tire la sonnette d’alarme  

• À lire aussi: «Le temps presse», prévient Pierre Karl Péladeau  

• À lire aussi: Nos chaînes spécialisées sont en danger  

De passage dans la capitale fédérale mardi pour une allocution devant des gens d’affaires et des politiciens du Cercle canadien d’Ottawa, M. Péladeau a réitéré ses frustrations envers le géant des télécoms Bell. 

Le patron de Québecor (aussi propriétaire du Journal de Montréal et du Journal de Québec) ne digère pas que son concurrent refuse de faire une place à TVA Sports dans son forfait le plus populaire. Ce forfait rend pourtant disponible à ses abonnés la chaîne sportive RDS, une propriété de Bell. 

M. Péladeau n’hésite pas à qualifier cette situation de «traitement de faveur» envers RDS. «Pourquoi tous les autres câblodistributeurs au Québec ont accepté le tarif que nous avons proposé concernant TVA Sports, et le seul qui le refuse, c’est le distributeur Bell? Parce qu’il est également propriétaire de RDS», a affirmé M. Péladeau en point de presse. 

L’ex-politicien en avait long à dire sur le système de redevances qui menace selon lui l’avenir des chaînes spécialisées du Groupe TVA, comme TVA Sports, mais aussi LCN, CASA ou addikTV. 

À titre d’exemple, Bell reçoit 49 % des revenus d’abonnement comparativement à 23 % pour le Groupe TVA. Pourtant, en 2017, les parts d’écoute des chaînes spécialisées du Groupe TVA dépassaient celles de Bell, a exposé M. Péladeau. 

«Pour la grande majorité de nos chaînes, malheureusement nous perdons de l’argent. S’il y a des redevances à la hauteur des parts de marché, cette augmentation permettra la rentabilité», a-t-il affirmé devant les journalistes. 

Dans un communiqué, Bell qualifie «d’illégale» la menace faite par Québecor de couper TVA Sports à ses abonnés. 

Pierre Karl Péladeau a plaidé sa cause mardi à Ottawa au chef conservateur, Andrew Scheer, et au chef néo-démocrate, Jagmeet Singh. Son message a été bien reçu, particulièrement au NPD. «Les problèmes de Québecor témoignent du côté ancien du système et de l’urgente mise à jour qu’on doit faire», a réagi le député Pierre Nantel.