/news/education
Navigation

La pénurie de suppléants atteint un autre niveau

Les élèves peuvent voir défiler cinq adultes différents par jour dans leur classe

agathe verreault
Photo collaboration spéciale, Roger Gagnon En janvier, Agathe Verreault, qui enseigne dans une école primaire au Lac-Saint-Jean, est rentrée travailler après avoir passé une nuit complète à l’urgence, puisqu’elle craignait qu’aucun suppléant ne soit disponible pour la remplacer. «Je ne prends plus de congé, c’est trop compliqué», lance-t-elle.

Coup d'oeil sur cet article

La pénurie de suppléants s’aggrave dans les écoles aux quatre coins du Québec, si bien que des enseignants qui ont déjà une classe sont de plus en plus souvent appelés en renfort pour remplacer des collègues absents. Dans certaines commissions scolaires, ce type de remplacement a quintuplé récemment.  

Lorsqu’une commission scolaire n’arrive pas à trouver de suppléants, elle peut demander - ou obliger - un autre enseignant de la même école à prendre en charge une classe, pendant que ses propres élèves sont en éducation physique ou dans un cours de musique. Dans le jargon scolaire, on parle de «dépannage», qui se fait sur une base volontaire ou non.  

À la commission scolaire des Premières-Seigneuries, située à Québec, cinq fois plus de périodes de suppléance ont été comblées de cette façon cette année, alors que ce phénomène est trois fois plus important que l’an passé à la commission scolaire de la Capitale.  

«C’est très inquiétant. C’est devenu pas mal fréquent pour une solution de dernier recours», lance Catherine Duchaine, vice-présidente au Syndicat de l’enseignement de la région de Québec (SERQ).  

«Très difficile pour les élèves»  

Résultat : des élèves peuvent voir défiler en classe jusqu’à cinq personnes différentes dans la même journée. «C’est très fréquent et c’est très difficile pour les élèves», affirme Mme Duchaine. Il arrive aussi que des éducatrices spécialisées ou en service de garde soient appelées en renfort, précise-t-elle. Le phénomène n’est toutefois pas limité à la région de Québec, au contraire.  

À Gatineau, au Lac-Saint-Jean ou dans la grande région de Montréal, la situation est semblable (voir encadré). «Cette réalité, c’est partout qu’on l’entend. Des gens nous disent que c’est régulier, alors qu’ils n’avaient jamais fait ça avant. On oblige des enseignants qui travaillent déjà à 100 % à faire preuve de souplesse et à travailler à 110 % et 120 %», lance Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement.  

Une enseignante qui fait de la suppléance dans la classe voisine a moins de temps pour faire de la planification et de la correction pendant sa journée de travail, ce qui augmente le travail à faire à la maison, explique-t-elle.  

Mme Scalabrini déplore le «cercle vicieux» qui s’est installé dans le réseau scolaire : les absences des enseignants liées à de l’épuisement professionnel augmentent, ce qui peut entraîner d’autres enseignants dans la même spirale, en raison de la pénurie. «On n’arrive pas à s’en sortir», lance-t-elle.  

Contrecoups  

Même les enseignants qui ne sont pas souvent appelés à dépanner subissent les contrecoups de la pénurie. Agathe Verreault, une enseignante du Lac-Saint-Jean, ne prend plus de congé de maladie «parce que c’est trop compliqué» (voir photo).  

Le phénomène commence aussi à se répandre au secondaire. «En 28 ans d’expérience, c’est la première fois que ça m’arrive», lance Dany Privé, un enseignant d’éthique et culture religieuse au Lac-Saint-Jean, qui a dû faire récemment un remplacement... dans un cours de danse.  

Périodes de suppléance comblées par «dépannage»  

Québec  

Commission scolaire des Premières-Seigneuries (jusqu’à la fin février pour chacune des années)   

  • 2017-2018: 336 périodes  
  • 2018-2019: 1618 périodes    

Commission scolaire de la Capitale (jusqu’au 31 janvier pour chacune des années)   

  • 2017-2018: 542 périodes  
  • 2018-2019: 1656 périodes

►Outaouais   

Commission scolaire des Draveurs   

  • 2017-2018: 1373 minutes (année complète)  
  • 2018-2019: 4048 minutes (jusqu’au 21 mars)     

Lac-Saint-Jean  

Commission scolaire du Pays-des-Bleuets (jusqu’à la fin février pour chacune des années)   

  • 2016-2017: 2 périodes  
  • 2017-2018: 123 périodes  
  • 2018-2019: 258 périodes     

Région de Montréal  

Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île (Montréal) (jusqu’à la mi-mars pour chacune des années)   

  • 2016-2017: 878 périodes  
  • 2017-2018: 1341 périodes  
  • 2018-2019: 1987 périodes    

Commission scolaire des Patriotes (jusqu’au 1er mars pour chacune des années)   

  • 2016-2017: 1047 remplacements d’urgence  
  • 2017-2018: 1678 remplacements d’urgence  
  • 2018-2019: 3141 remplacements d’urgence    

Commission scolaire de Laval (jusqu’au 28 février pour chacune des années)   

  • 2016-2017: 856 périodes  
  • 2017-2018: 1922 périodes  
  • 2018-2019: 2251 périodes     

Centre-du-Québec  

Commission scolaire des Chênes (jusqu’à la fin février pour chacune des années)   

  • 2016-2017: 67 périodes  
  • 2017-2018: 185 périodes  
  • 2018-2019: 260 périodes