/news/society
Navigation

Ouvrir le marché du travail aux personnes handicapées

Coup d'oeil sur cet article

Si plusieurs dizaines de milliers de personnes handicapées souhaitent intégrer le marché du travail, plusieurs facteurs viennent freiner leur embauche. Notamment, puisque certains doivent dépendre du transport adapté, l’accès au télétravail est crucial.

«Ça me touche énormément et je suis totalement conscient qu’il y a encore des préjugés, a affirmé Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, en entrevue à TVA Nouvelles. On encourage les entreprises à emprunter la voie de la robotisation, de la numérisation, de l’informatisation, et le télétravail fait partie de ça. J’ai annoncé il y a quelques semaines qu’on allait assumer 85 % des frais de formation.»

Le taux de chômage est deux fois plus élevé chez les personnes handicapées qu’au sein de la population en général. La cible d’embauche de cette clientèle au sein des organisations est d’au moins 2 %, mais ce nombre n’est pas atteint au sein même de la fonction publique.

Pour faire grimper ce taux, Jean Boulet se montre ouvert à l’idée de revoir les règles entourant l’aide sociale. Par exemple, plusieurs bénéficiaires hésitent à accepter un emploi, de peur d’être congédiés quelques mois plus tard et de perdre leur accès à des soins dentaires gratuits ou encore à une habitation à loyer modique (HLM).

Le ministre doit déposer, d’ici la fin de la session parlementaire, sa stratégie nationale sur le maintien et l’intégration en emploi des personnes handicapées.