/sports/others
Navigation

Une compétition relevée attendue au Supercross de Montréal

Une compétition relevée attendue au Supercross de Montréal
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - L’Américain Justin Brayton, une des têtes d’affiche invitées au Supercross de Montréal, promet que l’événement présenté le 14 septembre au Stade olympique mettra en scène des courses enlevantes.

Le coureur de 35 ans fait notamment référence à la saine rivalité qu’il entretient avec son coéquipier Malcolm Stewart, vainqueur en 2018 dans la catégorie des 450 cc.

«J’ai regardé la course l’an dernier et j’ai vu Malcolm l’emporter, a raconté Brayton en entrevue avec l’Agence QMI. Je vais essayer de lui donner une bonne course et, avec un peu de chance, de gagner.»

«Nous sommes amis en dehors de la piste, mais une fois que nous mettons nos casques, c’est une bataille, a-t-il ajouté. Toutefois, même si nous faisons partie des têtes d’affiche, nous ne devons pas oublier les coureurs canadiens. Ils sont excellents et la course sera difficile.»

Une visite anticipée

Même s’il n’a encore jamais mis les pieds au Québec, Brayton est familier avec le Supercross de Montréal, qui a fait un retour dans la métropole québécoise l’an dernier après une absence de plus de six ans.

«Ça fait longtemps que le Supercross de Montréal est sur mon radar. Je voulais l’essayer», a-t-il lancé.

«J’aurais aimé venir plus tôt dans ma carrière, mais je n’en ai jamais eu l’occasion, a poursuivi Brayton. C’est pourquoi j’étais si content quand j’ai appris que l’événement faisait un retour l’an dernier.»

«J’ai entendu dire que le Stade [olympique] était un excellent endroit pour courir et que la foule était incroyable. De plus, il y a beaucoup de bons coureurs sur le circuit canadien. C’est plus compétitif que jamais.»

Une compétition relevée attendue au Supercross de Montréal
PHOTO COURTOISIE

Grosse frousse

La présence de Brayton à Montréal aurait facilement pu être compromise. En fait, le pilote originaire de l’Iowa aurait pu être victime d’une grave blessure si la chance n’avait pas été de son côté lors d’un événement de la série Monster Energy, le 23 mars à Seattle.

Brayton a été impliqué dans un accident durant le premier tour de la course. «J’étais derrière le peloton, un coureur est arrivé de ma droite et m’a percuté pendant que j’étais dans les airs, a-t-il raconté. Je suis tombé en dehors de la piste, directement sur le béton.»

Ce genre d’accident aurait pu avoir des conséquences graves, mais Brayton s’en est sorti avec une blessure mineure au genou.

«J’ai été très chanceux», a-t-il reconnu.

Il est sur la touche depuis, mais il croit être en mesure de disputer les deux dernières courses de la série, le 27 avril, à East Rutherford, au New Jersey, et le 4 mai à Las Vegas.

«Je serai définitivement à 100 % à Montréal et je suis excité d’y être», a-t-il affirmé, se montrant rassurant.

Expérience

À 35 ans, Brayton est un normalement un des plus vieux pilotes sur les circuits de motocross. Il est d’ailleurs devenu le coureur le plus âgé à gagner la course principale du Supercross de Daytona, en Floride, en 2018.

«La plupart des gens deviennent professionnels vers 18 ans, alors que j’ai commencé vers 22 ou 23 ans, a-t-il expliqué. Je cours chez les professionnels depuis aussi longtemps que les autres, mais je suis un peu plus vieux.»

«Mais plus je vieillis, plus je conduis intelligemment. Mentalement, c’est aussi avantageux.»

Il reste maintenant à savoir si ce sera l’expérience ou la jeunesse qui l’emportera le 14 septembre à Montréal.