/24m/urbanlife
Navigation

Une piste cyclable de l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville non respectée

Une piste cyclable de l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville non respectée
BÉATRICE ROY-BRUNET/24 HEURES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Des cyclistes de l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville, à Montréal, sont forcés de contourner de nombreux véhicules lorsqu'ils se baladent à vélo sur la piste cyclable, malgré son ouverture il y a plus d’une semaine.

Plusieurs automobilistes ont décidé d'ignorer l'interdiction de stationnement sur la piste longeant le boulevard Gouin, près de l'école secondaire Sophie-Barat. Les cyclistes sont dans l'impossibilité de circuler dans la piste cyclable adjacente au trottoir en raison des nombreuses voitures immobilisées.

Un panneau de signalisation indique la voie réservée au cycliste durant la période de son ouverture, qui débute le 1er avril et se termine le 15 novembre. Durant la période hivernale, la piste cyclable n’est pas entretenue par l’arrondissement.

Selon le Code de la sécurité routière, il est interdit en tout temps d'immobiliser son véhicule dans une piste cyclable. Les conducteurs qui enfreignent ce règlement à Montréal s’exposent d’ailleurs à une amende de 169 $ avec les frais.

Lors du passage du 24 Heures dimanche dernier, en avant-midi, une vingtaine d'automobiles bloquaient le passage réservé aux cyclistes. Plusieurs cyclistes étaient dans l’obligation de circuler entre les voitures en mouvement afin de poursuivre leur chemin. Aucune contravention n’avait été distribuée à ceux-ci.

«C'est fâchant parce que tu te demandes pourquoi ils font une piste cyclable si c'est pour rouler dans la rue, et c’est pas une route super large. C'est pas la première fois que je vois ça, en plus», a raconté Amélie Fillion, une cycliste.

Selon l’arrondissement, les policiers sont les seules personnes en mesure de faire appliquer le règlement. «On n’a pas les ressources pour donner des avis ou pour le non-respect de la réglementation», a expliqué Marlène Ouellet, chargée de communication dans l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville.

Au moment d’écrire ces lignes, la police de quartier d’Ahuntsic-Cartierville n’était pas en mesure de répondre aux demandes d’entrevue du 24 Heures.