/sports/hockey/canadien
Navigation

Hudon très émotif

L’avenir de l’attaquant à Montréal semble incertain

Bilan Canadiens
Photo PIerre-Paul Poulin Charles Hudon a réaffirmé son souhait de jouer avec le Tricolore la saison prochaine.

Coup d'oeil sur cet article

On reproche fréquemment aux athlètes professionnels d’être souvent imperturbables devant les journalistes. Mardi, lors du bilan du Canadien, on a été témoin du contraire avec l’attaquant Charles Hudon.

  • À lire aussi - «Je n’ai pas été à la hauteur» - Jonathan Drouin

 • À lire aussi - La déception bien palpable chez le Canadien

 • À lire aussi - Les joueurs forcent Bergevin à réagir

Le Québécois est devenu émotif lorsqu’il a été appelé à analyser sa saison très ardue. Il a été laissé de côté pour les 22 derniers matchs de la campagne.

« Ce fut très difficile parce que je suis une personne qui veut jouer au hockey, a indiqué Hudon d’entrée de jeu. Je veux toujours être sur la patinoire. Je l’ai été d’une manière, mais pas celle que j’aurais aimée.

J’ai toujours eu confiance en ce que Claude Julien allait prendre comme décision. C’est lui l’entraîneur et c’est lui qui devait les prendre. Je n’étais pas la personne la plus heureuse tout le temps, mais ça fait partie de la game. Mon but était de jouer et d’être avec mes coéquipiers. »

Par la suite, ses émotions ont failli prendre le dessus lorsqu’il a été question de son futur avec le Canadien.

« L’avenir va me le dire, a ajouté l’athlète natif d’Alma. C’est comme si je disais en blague : avais-tu le goût de partir de chez tes parents lorsque tu étais jeune ? Non. C’est la même chose.

Je ne veux pas partir d’ici, mais on ne sait jamais ce qui peut arriver. Mon but est de jouer pour le Canadien de Montréal. Je fais encore partie de l’organisation. J’aimerais encore en faire partie la saison prochaine. »

Lors de son point de presse, Bergevin a mentionné que Hudon faisait encore partie des plans. La balle est dans le camp du joueur.

«S’il était émotif avec vous, il était autant avec moi et Claude, a-t-il mentionné. C’est un petit gars qui prend ça à coeur. On ne jette pas l’éponge dans son cas et on croit encore en lui. C’est à lui de nous surprendre au prochain camp.»

Un départ forcé ?

Avec l’arrivée de Ryan Poehling et possiblement de Nick Suzuki pour la saison 2019-2020, Hudon pourrait n’avoir aucune marge de manœuvre lors du prochain camp d’entraînement s’il est toujours à Montréal.

De plus, un retour dans la Ligue américaine n’est pas envisageable à ses yeux.

« Non, je ne veux pas, a-t-il précisé sans détour. Je ne sais pas quoi dire à cela. Je ferai les choses pour arriver prêt au camp. »

Avant son point de presse, celui qui deviendra joueur autonome avec compensation venait de rencontrer Claude Julien et Marc Bergevin. Il faut croire que les propos de ses patrons l’ont ébranlé.

« J’ai eu une bonne rencontre avec Claude et Marc. On va garder ce qui s’est dit ensemble. Je crois que je dois revenir sur la glace avec plus de hargne comme à ma première année. »

Pas de réaction

Hudon a terminé la saison avec une maigre récolte de trois buts et deux aides en 32 matchs. Il a également présenté un différentiel de -9. Pas des statistiques qui pouvaient convaincre Julien de le faire jouer.

Il a disputé sa dernière rencontre le 19 février contre les Blue Jackets de Columbus. Il n’a pas revu d’action par la suite.

« C’est une saison difficile, a mentionné Hudon. Comme c’est le cas depuis trois ans, j’ai regardé ce qui se passait à la date limite des transactions. Cette année, j’avais les oreilles grandes ouvertes. Cependant, mon but était de demeurer ici. »

Dans les dernières semaines, un article a été publié au sujet de son utilisation.

« Ma demande était de jouer au hockey. Je pensais que c’était pour faire réagir Marc et Claude, mais... »