/entertainment/comedy
Navigation

[CRITIQUE] Simon Leblanc: des bons et des moins bons moments

Simon Leblanc offre une performance inégale avec Malade

Coup d'oeil sur cet article

Avec son deuxième spectacle intitulé Malade, Simon Leblanc confirme sa place dans le monde de l’humour. Il a du rythme, son style est unique et ses histoires sont totalement déjantées.

L’humoriste aux origines gaspésiennes était de passage à la salle Octave-Crémazie du Grand Théâtre, mardi, pour la première de deux soirées.

Les forces de Leblanc reposent sur ses talents de conteur, sa gestuelle, sa rythmique et ses rires qui ponctuent, ici et là, ses histoires. Il arrive sur scène et défile ses histoires sans arrêt.

L’humoriste est sympathique. Il crée, dès son arrivée sur les planches, un contact avec le public. En demandant la provenance des spectateurs, il précise à quelques personnes de Saint-Raymond-de-Portneuf que Malade est un show de « marde ».

« Il n’y a même pas de décor », lance-t-il, faisant référence à la présence d’un tabouret, du micro et une bouteille d’eau.

Décidément, Simon Leblanc attire la neige. Le 13 février dernier, lors de sa dernière visite au Grand Théâtre, une tempête avait fait rage durant la journée.

« Vous avez bravé la tempête. J’espère vous faire oublier le froid », a-t-il indiqué.

Boîte noire

L’humoriste lance en force sa prestation. Il raconte ses visites chez le médecin qui l’ont amené à découvrir qu’il souffrait de la maladie de Crohn et de spondylarthrite ankylosante.

Il parle de suppositoires, de la préparation pour une colonoscopie, qu’il a qualifiée de « Google Street View » de son intestin et de la médication qu’il devra prendre jusqu’à la fin de ses jours.

« Ça coûte 35 000 $ par année. C’est couvert par la Régie de l’assurance maladie », a-t-il dit, ajoutant qu’il n’était pas du tout pour la médecine privée.

Simon Leblanc effectuera quelques faux pas avec ses segments où il fait des blagues sur les gens trisomiques ou qui sont atteints de paralysie cérébrale.

Et quelques moments vulgaires associés aux menstruations. Ce n’était pas vraiment nécessaire d’aller dans ces endroits.

Il se surprend en reproduisant le bruit d’une chute à vélo. « Je pense que c’est la première fois que je me fais faire un saut. Je pense que vos cheveux sont sur le monsieur en arrière », lance-t-il à l’endroit d’un spectateur.

On retrouvera ensuite le Simon Leblanc qu’on apprécie, lorsqu’il raconte un voyage en avion vers les Îles-de-la-Madeleine.

« Ça ne sert à rien d’écrire un testament dans un avion. Il va brûler. Il faut le crier. Il y a une boîte noire », a-t-il fait savoir.


► Simon Leblanc offrira une supplémentaire de Malade le 30 novembre 2019 à la salle Louis-Fréchette du Grand Théâtre de Québec.