/news/health
Navigation

Inquiétudes des médecins spécialistes après un accouchement forcé dans une voiture entre La Malbaie et Québec

Diane Francoeur
Photo Le Journal de Québec, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Interpellée par l’histoire de la jeune mère forcée d’accoucher dans sa voiture et par le débat sur le temps supplémentaire obligatoire, la présidente de la Fédération des médecins spécialistes (FMSQ) appelle à son tour la ministre de la Santé à agir pour stopper la découverture dans certaines régions. 

  •  Pour lire la lettre ouverte de la Fédération des médecins spécialistes sur le sujet, cliquez ici. 

Diane Francœur, elle-même spécialisée en obstétrique, n’en revenait tout simplement pas de la mésaventure vécue par Angélique Lauzier, forcée d’accoucher sur la route entre La Malbaie et Québec en raison de la fermeture temporaire du seul département d’obstétrique dans Charlevoix. 

Diane Francoeur
Photo courtoisie Christophe Dandurand

«On est capable de faire mieux et on doit faire mieux que ça. Ça fait un bout qu’on le sait qu’il va y avoir un problème de personnel à travers la province. La Malbaie, c’est la pointe de l’iceberg», déplore la Dre Francœur. 

Appel aux solutions 

Cette dernière demande donc à la ministre d’aller au-delà de la directive d’assurer les transports en ambulance et de trouver des solutions concrètes le plus tôt possible. 

Et parce que «quand ce n’est pas les infirmières qui manquent, ce sont les médecins ou les préposés», tous devront être mis à profit, réclame la présidente de la FMSQ. 

«Il faut que tous les acteurs du réseau s’assoient ensemble et revoient les enjeux. Et si, le temps de recruter suffisamment de personnel, on doit se retrousser les manches et travailler ensemble, on va arriver plus facilement à des solutions de cette façon-là plutôt qu’en attendant que les tristes événements arrivent.» 

La Dre Francœur rappelle par contre qu’elle ne peut pas imposer quoi que ce soit au réseau. «Il y a toutefois des évidences qu’on ne peut nier», ajoute-t-elle. 

Méthode sauvage 

La représentante des médecins spécialistes se dit aussi préoccupée par l’enjeu du temps supplémentaire obligatoire (TSO) des infirmières. Affirmant «qu’un médecin sans infirmière ne va pas plus loin qu’une infirmière sans médecin», la Dre Francœur réclame la fin des quarts de travail imposés. 

«Le temps supplémentaire est une méthode sauvage comme on en a rarement vu, ça doit disparaître. [...] Si on est rendu à utiliser ça pour gérer le personnel, c’est qu’on a manqué un petit bout de gros bon sens», affirme la présidente de la FMSQ.