/news/green
Navigation

Le climat est plus chaud et, oui, les arbres poussent plus vite qu’avant

Coup d'oeil sur cet article

Hydro-Québec réclame davantage de moyens pour dégager la végétation qui croît de plus en plus vite autour de ses lignes électriques et qui est à l’origine de bien des pannes.

Des dizaines de milliers de citoyens sont toujours privés d’électricité sur la couronne nord, balayée depuis lundi par du verglas, de la neige et des vents violents.

Ces conditions météorologiques exceptionnelles ont causé de gros dégâts sur les arbres de la région entraînant une multitude de bris de lignes électriques. Mardi, à 16 h, Hydro-Québec estimait qu’il y en avait près de 800 sur son réseau.

« Avec le changement climatique que nous vivons, la végétation pousse plus vite qu’auparavant autour de nos installations », indique Marc-Antoine Pouliot, porte-parole d’Hydro-Québec.

Ce dernier précise que la société d’État dépense chaque année plus de 60 millions $ pour abattre ou élaguer les arbres qui pourraient endommager ses lignes.

Les travaux d’entretien préventif sont effectués en grande partie par des entreprises spécialisées embauchées par Hydro-Québec puisque c’est à elle que revient cette tâche.

« La Régie de l’énergie a refusé certaines de nos demandes de budget pour faire l’abattage d’arbres, mais c’est sûr que nous allons refaire ces demandes pour nous assurer que les travaux préventifs nécessaires soient effectués », ajoute M. Pouliot.

Plus souvent encore

Le porte-parole refuse toutefois de dire qu’Hydro-Québec est en retard pour ses travaux d’émondage.

Il pointe plutôt un phénomène rare puisque la tempête de verglas s’est concentrée sur un petit corridor densément peuplé situé entre Oka et Joliette, en passant par Laval.

Ce genre d’événement météorologique pourrait toutefois se produire davantage à l’avenir, souligne le météorologue André Cantin d’Environnement Canada.

« Ce type de système se développe quand la température fluctue autour de 0 °C, dit-il. Or, avec le réchauffement de la planète, ce sera de plus en plus souvent le cas durant nos hivers. »