/sports/hockey/canadien
Navigation

Le message d’espoir de Marc Bergevin

Le directeur général du Canadien parle de l’avenir avec optimisme

Le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, n’a pas dévoilé son jeu quant à ses intentions durant la saison morte, lors de son bilan annuel.
Photo Pierre-Paul Poulin Le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, n’a pas dévoilé son jeu quant à ses intentions durant la saison morte, lors de son bilan annuel.

Coup d'oeil sur cet article

Il y a un an, Marc Bergevin faisait son bilan de fin de saison avec le propriétaire Geoff Molson à ses côtés. Pendant que le directeur général martelait le mot attitude, le propriétaire promettait un changement de culture.  Un an plus tard, le bilan a encore été fait au début d’avril.

 Pour la deuxième année d’affilée et la troisième fois en quatre ans, le Canadien n’a pas atteint son objectif de participer aux séries. 

Si le résultat reste le même avec un autre printemps sans hockey des séries à Montréal, le ton n’était pas semblable à celui de l’an dernier. Bergevin a grimpé seul sur le podium dans la salle de conférence du Complexe Bell, à Brossard, et il a lancé un message teinté d’espoir. 

« Je suis déçu d’avoir raté les séries, je l’ai dit à tous les joueurs que j’ai rencontrés aujourd’hui (mardi), a dit d’entrée de jeu le DG du CH. Mais il y a des aspects positifs. Nous avons fini la saison à 96 points, c’est 25 de plus que l’an passé. Il y a un bel avenir avec beaucoup de jeunes qui cognent à la porte. Nous sommes parmi les 10 plus jeunes équipes de la LNH. On s’en va dans la bonne direction. » 

« On va commencer à la même ligne de départ que tout le monde l’an prochain, a-t-il continué. L’expérience acquise cette année, même si nous devions repartir avec la même équipe, nous serions en avance par rapport à cette année. Ça ne veut pas dire qu’on ne fera pas de changements. Le message des joueurs, c’est qu’on ne fait que commencer. »

Même division coriace

À l’image des vétérans de l’équipe comme Carey Price, Shea Weber, Brendan Gallagher et Phillip Danault, Bergevin a rappelé que son équipe se retrouve sur le droit chemin avec un bon noyau en place et de bons jeunes. Jesperi Kotkaniemi et Ryan Poehling incarnent l’espoir à la position de centre. À la ligne bleue, Noah Juulsen (s’il peut se rétablir complètement de sa blessure à un œil) et Josh Brook sont aussi deux joueurs avec qui l’équipe cherchera à construire. 

Malgré le message d’espoir, le CH n’aura pas la vie plus facile l’an prochain. Le Lightning de Tampa Bay restera une puissance, les Bruins de Boston et les Maple Leafs de Toronto ne ralentiront pas et l’arrivée de Joel Quenneville à la barre des Panthers de la Floride redonnera de la crédibilité à cette équipe. C’est sans oublier les Sabres de Buffalo, qui sortiront un jour de leur misère. Bref, la lutte sera féroce dans la division Atlantique. 

Bergevin a toujours décrit le 1er juillet, date de l’ouverture du marché des joueurs autonomes, comme un piège. Il a souvent répété qu’il désire construire son équipe par le repêchage et non grâce au marché des joueurs autonomes. Il pourrait toutefois y avoir de gros poissons libres avec les Artemi Panarin, Erik Karlsson, Matt Duchene, Jeff Skinner, Joe Pavelski, Anders Lee, Kevin Hayes, Brock Nelson et Jake Gardiner. 

« Je vais toujours regarder les joueurs autonomes, mais il faut être prudent le 1er juillet, a-t-il rappelé. Les contrats ne sont pas toujours bons. Mais on va regarder. On va voir si les prix sont bons. On a été agressif dans le passé le 1er juillet sur des joueurs qui ont été ailleurs. Ils parlaient à sept ou huit équipes. On va continuer à l’être avec des joueurs qui peuvent aider. »

L’an dernier, Bergevin n’avait pas eu peur de dire que Montréal ne constituait pas une ville attrayante pour des centres comme John Tavares et Paul Stastny. L’ancien défenseur croit cependant que les perceptions pourraient avoir changé. 

« Je pense qu’on est une équipe plus attirante maintenant. Nous sommes passés de 71 à 96 points. Les doutes sur Carey Price sont dissipés. On a de bons joueurs qui poussent. On pense que des joueurs vont vouloir venir à Montréal. On va voir la valeur des contrats. » 

Neuf sommets personnels

Pour poursuivre son ascension, le CH misera sur le développement de ses plus beaux espoirs, mais l’équipe devra également s’assurer d’une continuité dans la production de plusieurs joueurs. 

Pas moins de neuf joueurs ont égalé ou battu des marques personnelles cette saison en matière de points : Max Domi (72), Tomas Tatar (58), Phillip Danault (53), Jonathan Drouin (53), Andrew Shaw (47), Jeff Petry (46), Artturi Lehkonen (31), Jordie Benn (22) et Brett Kulak (17).