/misc
Navigation

Qui ne lève le poing pour combattre et vaincre

Tout ceci n’est qu’un jeu de provocation.

GEN-MANIFESTATION-PROJET DE LOI LAÏCITÉ
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Coup d'oeil sur cet article

La manifestation anti-québécoise qui s’est déroulée dimanche dernier, place Émilie-Gamelin, menée pénarde par de très drôles d’individus et relayée par certains médias à la complaisance qui frisait la tromperie, m’a fait faire un parallèle avec quelque chose que j’aimerais partager avec vous, aujourd’hui. Mais pour bien comprendre, retournons d’abord à un moment charnière et paradoxalement terriblement méconnu de notre histoire. Je vous fais ça très court. 

13 septembre 1759, au petit matin. Par un très nébuleux concours de circonstances, les Anglais, qui avaient tenu la ville de Québec en état de siège tout l’été, ont finalement réussi à débarquer à l’Anse-au-Foulon. L’histoire se souviendra de cette funeste date comme celle de la bataille des Plaines d’Abraham.  

 

Deux armées : les Anglais, mal en point et épuisés, sont menés par un général Wolfe sur le point d’exploser de dysenterie, qui avait rasé de ne jamais se relever de la dérouillée spectaculaire qu’il s’était prise le 31 juillet, aux Chutes Montmorency (plus de 800 morts). De l’autre côté : l’armée française, flanquée des redoutables milices canadiennes et autochtones, plus fraîches, même si lourdement éprouvées par le siège, aura bientôt l'avantage numérique, puisque le colonel Bougainville, sous les ordres de Montcalm, était en chemin avec du renfort venant de Lévis.  

 

Les deux armées se font face, chacune d’elles se tenant en amont du champ de bataille. De chaque côtés, on savait que le premier qui donnerait l’ordre de descendre la pente offrirait l’avantage à l’autre.  

 

Pour une raison tout aussi obscure que celle qui avait permis aux Anglais d’accoster, le général Montcalm, ironiquement fort de ses trente ans de carrière militaire — alors que Bougainville était sur le point d’arriver —, décida de lancer l’assaut et de jeter ainsi les dés pipés qui ont scellé en quelques minutes le destin de l’Amérique française, quand rien ne donnait d’emblée la victoire aux Britanniques, surtout pas en cette date très limite au-delà de laquelle ils n’auraient plus eu le choix de retourner en Angleterre pour passer l’hiver. On connaît la suite. 

̊ ̊ ̊ 

L’histoire de la Conquête et de la bataille des Plaines est beaucoup plus vaste, tortueuse et complexe que ce qu’on nous a raconté lors de nos voyages scolaires à Québec et bien plus que ce que je vous en raconte maintenant. Pourtant, aujourd’hui plus que jamais, elle a son importance. 

Si je vous raconte ça, c’est pour attirer votre attention sur la position des deux armées avant le début de la bataille. Chacune en amont. Tout comme nous le sommes aujourd’hui, métaphoriquement parlant, devant à la montée de l’intégrisme religieux au Québec. 

 

En 2019, on ne fait plus la guerre comme on la faisait autrefois. Il ne suffit plus de débouler quelque part avec ses gars, baïonnettes aux canons, pour y planter un drapeau et dire « ici, c’est à moi au nom du roi! ». Les guerres du troisième millénaire sont psychologiques et intestines, elles jouent sur la confusion et le déboulonnement des identités, des symboles, des mots et de leurs sens. Elles préconisent la désinformation, l’usure et surtout la provocation pour en arriver à un contexte de violence où la loi du plus fort devient l'unique législation. 

 

Dimanche, nous n’assistions pas à un rassemblement de gens qui, tout à fait dans leur droit, manifestaient contre le projet de loi 21. Je n’aurais pas pris le crayon si ça avait été le cas, en tout cas pas dans cet esprit de dénonciation. J’aime trop ma démocratie pour décrier des gens qui exercent leur libre droit à la contestation, mais dimanche, c’est autre chose que nous avons vu. Quelque chose qui nous a tous donné froid dans le dos.  

 

Un défilé de croix gammée, d’injures extraordinaires et de discours haineux et fallacieux, où on a même fini par scander sans gêne les dernières paroles qu’ont entendues des milliers d'innocents à travers le monde avant d’être assassinés. Surprenante, cette façon de se dire Charlie, de nos jours.  

 

Tout ceci n’est qu’un jeu de provocation. Des charges qui s’espèrent rusées visant à nous faire descendre la pente sur un terrain où nous serions nécessairement vulnérables : celui de la guerre ouverte.  

 

On cherche à faire sortir les Québécois de leurs gonds, à les pousser vers la violence. C’est très classique comme méthode guerrière, même un peu facile. Ils misent sur les limites de notre esprit pacifique au-delà desquelles ils auraient l’avantage, parce que nous ne sommes pas un peuple qui a la guerre comme fond de commerce.

 

Cet exposé n’avait qu’un seul but : suggérer qu’on ne fasse pas la même erreur que Montcalm, parce que même 260 ans plus tard, on paye toujours la facture de sa terrible manoeuvre qui nous a tout coûté.  

 

Ne descendons pas la pente. N’allons pas nous jeter dans le piège de la vengeance et des représailles, même si ce qu’ils font et ce qu'ils disent est extrêmement choquant et blessant. Même si c’est outrageant de les voir oser déambuler avec notre drapeau à l’envers. Demandons-nous comment ils auraient réagi si les rôles avaient été inversés dimanche et assurons-nous de faire tout le contraire. 

 

Campons-nous sur notre position de force : notre calme, notre intelligence bienveillante, notre sens de l’honneur et de la décence, ainsi que la connaissance de nous. Je ne suggère pas de baisser la tête, de fermer les yeux et de tendre l’autre joue. Seulement d’être plus intelligents et de penser mieux et plus loin.  

 

Nous sommes un peuple de cœur qui a n’a pas à lever le poing pour combattre et vaincre. Certes, c’est moins impressionnant au premier abord que des hordes gueulant leur haine dans les rues, mais l’histoire et son long terme préférera nos méthodes. Je vous l’assure. 

 

Alors, chers amis : patience, confiance, sang-froid et haut les cœurs.