/news/currentevents
Navigation

1,2 M$ pour refaire un trottoir mal conçu à Montréal

1,2 M$ pour refaire un trottoir mal conçu à Montréal
ANNE-MARIE PROVOST/24 HEURES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Montréal doit allonger près de 1,2 M$ afin d'élargir un trottoir devenu célèbre pour avoir été conçu trop étroit.

• À lire aussi: Le nouveau trottoir de la rue De Brébeuf ridiculement étroit

Beaucoup d’encre a coulé autour du trottoir large de 70 cm de la rue De Brébeuf, le long du parc Sir-Wilfrid-Laurier, dans le Plateau-Mont-Royal.  

Celui-ci avait été réalisé à la moitié de la largeur habituelle pour permettre l'aménagement d'une piste cyclable sans sacrifier une cinquantaine de places de stationnement. 

Or l'étroitesse du trottoir ne permet pas aux personnes à mobilité réduite d’y circuler.  

1,2 M$ pour refaire un trottoir mal conçu à Montréal
Photo d'archives Agence QMI

Les travaux routiers avaient coûté 2,2 M$ en 2015. À l’époque, le maire du Plateau, Luc Ferrandez, s’était moqué de la construction, disant qu'il s'agissait d'un trottoir pour «unijambistes».  

Denis Coderre, qui était alors maire de Montréal, avait défendu la décision. «Je voulais qu'on règle ça pour avoir une piste cyclable. Les ingénieurs ont été créatifs, mais on va en revenir», avait-il déclaré. 

Cependant les personnes à mobilité réduite, elles, n’en sont pas revenues. Le Regroupement des aveugles et amblyopes du Montréal métropolitain (RAAMM) et le Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec (RAPLIQ) ont déposé une plainte à l’ombudsman de Montréal, qui leur a donné raison.  

Outre les problèmes d’accessibilité, l’ombudsman Johanne Savard avait soulevé des problèmes de sécurité liés au fait que les piétons circulent très près des cyclistes. 

L’administration de la mairesse Valérie Plante a accepté l’an dernier de refaire l’aménagement comme le suggérait l’ombudsman. 

L’entreprise Cojalac a obtenu aujourd'hui le contrat de 1,2 M$ pour refaire le trottoir, qui sera cette fois large de 1,7 m. 

Mais comme la piste cyclable devra être déplacée dans l’opération, 50 cases de stationnement devront disparaître. 

«Le trottoir aurait dû être large [de 1,7 m] et il était large [de 70 cm]. Il y a eu un rapport de l’ombudsman. On corrige la situation, on accorde le contrat», a résumé Éric Alan Caldwell, l’élu responsable des Transports dans l’administration Plante.