/news/transports
Navigation

Crise du taxi: le ministre François Bonnardel lance un site internet pour les chauffeurs «mal informés»

Periode des questions
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Alors que débutent les consultations en commission parlementaire sur le projet de loi qui aura pour effet de déréglementer l’industrie du taxi, le ministre des Transports, François Bonnardel, a lancé un site internet destiné aux chauffeurs «mal informés».  

• À LIRE AUSSI: [PHOTOS] Nouvelle manifestation des chauffeurs de taxi à Québec  

«Il était important pour nous de donner toutes les informations possibles à l’industrie du taxi, partout en région du Québec», a fait valoir le ministre Bonnardel ce matin, pendant que des dizaines de chauffeurs de taxi manifestaient autour du parlement.    

«Pour ceux qui sont en région, qui ne sont peut-être pas assez informés, c’est important de leur dire pourquoi on fait ça», a-t-il ajouté.   

La nouvelle section du site web du ministère des Transports portant sur le projet de loi 17 a pour thème la «modernisation de l’industrie du taxi». Le gouvernement y fait essentiellement valoir les avantages, tant pour l’usager que pour les artisans du taxi, de la pièce législative déposée par le ministre Bonnardel.   

«Il y a beaucoup d’avantages positifs, beaucoup de points sur lesquels on a travaillé pour trouver un équilibre entre la vitalité et la pérennité de l’industrie traditionnelle du taxi, versus les nouvelles technologies», a souligné le ministre des Transports.   

«Il faut comprendre que c’est une industrie qui est gérée d’une certaine façon depuis les 50 dernières années, a-t-il continué. Donc, oui, il est important pour nous de donner toutes les informations possibles à l’industrie du taxi, partout en région.»   

Manifestations  

Pendant que des dizaines de chauffeurs de taxi tentaient de se faire entendre en manifestant à l’extérieur, le sujet a une fois de plus rebondi en Chambre.   

«Je voudrais exprimer ma sympathie, ma solidarité envers tous les propriétaires de taxis du Québec et inviter du même geste le gouvernement de la CAQ à revoir son projet de loi», a déclaré d’entrée de jeu le député de Québec solidaire de la circonscription de Jean-Lesage, Sol Zanetti.   

«Je pense que les manifestations qu'on constate aujourd'hui et qui ne ralentissent pas sont vraiment le reflet du drame que ces gens-là vivent. Et, à date, on ne peut pas dire que les rencontres avec le ministre ont fait avancer quoi que ce soit», a déploré à son tour le porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports, Gaétan Barrette.   

«Pourquoi le ministre ne se lève-t-il pas ce matin pour envoyer un vrai message d'espoir à ces gens-là et leur dire simplement ceci: “On vous a compris, on va vous compenser entièrement, on va trouver une formule. On va le faire ensemble et, au bout de la ligne, on va vous compenser”?» a demandé M. Barrette.  

Ouvert aux propositions  

«Moi, je suis ouvert aux propositions», avait indiqué un peu plus tôt le ministre Bonnardel. Il a évoqué la possibilité de verser différemment aux chauffeurs de taxi la «cagnotte» de 10 à 13 M$ que le gouvernement prévoit prélever à Uber au cours des trois prochaines années, en imposant une redevance de 20 cents.   

«Au Parti québécois, nous, aujourd'hui, on veut réaffirmer notre position contre la déréglementation proposée», a indiqué de son côté le député péquiste Joël Arsenault, lors d’un point de presse avec des chauffeurs de taxi et certains de leurs proches.   

«On pense que, sous le couvert de la modernisation, le projet de loi du gouvernement de la Coalition avenir Québec va ni plus ni moins anéantir une industrie québécoise, jeter des milliers de gens à la rue», a dénoncé le porte-parole péquiste en matière de transports.