/news/politics
Navigation

Débat sur la laïcité: Trudeau lance un appel au calme, Steinberg persiste et signe

Canada-politics-government-FILES-CANADA-POLITICS-CORRUPTION
AFP

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Justin Trudeau a condamné les propos du maire de Hampstead associant le projet de loi 21 à une forme de «nettoyage ethnique» et a lancé un appel au calme dans le débat sur la laïcité. 

«Il faut faire attention de ne pas aller aux extrêmes et il y a assez de substance dans ce débat pour l’avoir de façon raisonnable», a dit le premier ministre, mercredi, avant de se rendre à une réunion du caucus libéral. 

Il a du même souffle invité le maire de Hampstead, William Steinberg, à s’excuser pour ses propos qu’il juge inacceptables. 

Le principal intéressé n'a toutefois pas l'intention de retirer ses paroles prononcées vendredi dernier. «Ça n'a jamais été mon intention de parler de "nettoyage ethnique" dans un contexte de violence», a-t-il clamé dans une entrevue accordée en anglais à TVA Nouvelles, mercredi. 

«Nous parlons de nettoyage ethnique pacifique et les gens doivent le comprendre», a-t-il poursuivi, en accusant certains médias d'avoir déformé ses propos. 

Le maire a assuré ne pas s'en faire avec le tollé qu'ont soulevé ses propos et faire peu de cas de «l’opinion de plusieurs politiciens». 

La faute à la CAQ? 

De son côté, le chef par intérim du Parti libéral du Québec, Pierre Arcand, a établi un lien entre les propos du maire d'Hampstead et les politiques de la CAQ. 

«Ce que la CAQ fait au Québec, de façon générale, incite à ce genre d’excès», a-t-il affirmé mercredi. 

ÉCOUTEZ la discussion entre le chroniqueur Claude Villeneuve et Sophie Durocher à l’émission On n’est pas obligé d’être d’accord sur QUB radio: 

«Il y a des projets de loi qui sont diviseurs et, évidemment, ça amène souvent à des excès», a-t-il ensuite précisé, tout en condamnant les propos de M. Steinberg. 

«J’ai de la misère à reconnaître Pierre Arcand. Je lui demande, comme à tous les élus, d’être respectueux des positions de différents partis», a répliqué le premier ministre François Legault. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Appel au calme à Ottawa 

Des élus fédéraux de toute allégeance ont aussi appelé à un débat plus modéré, mercredi. Le matin même, un Montréalais avait porté plainte contre le maire Steinberg devant la Commission municipale du Québec. 

«Il y a un gouvernement qui est légitime [au Québec], qui a été élu avec cette promesse et qui tente par tous les moyens de la réaliser. Ce n’est certainement pas en ayant des propos comme ça qu’on aide au débat», a commenté le lieutenant québécois pour les conservateurs, Alain Rayes. 

Le chef néodémocrate Jagmeet Singh a quant à lui invité ceux qui prennent part au débat sur la laïcité à «ne pas enflammer la situation avec des mots». 

Si des députés de tous les partis ont été critiques, mercredi, la Chambre des communes n’a pas condamné unanimement la remarque de M. Steinberg. 

Une motion en ce sens initiée par le Bloc québécois a été défaite. 

«Si des gens refusent de dénoncer, ça veut dire qu’ils [...] sont d’accord avec les propos du maire de Hampstead», a tonné la bloquiste Monique Pauzé. 

Le Bloc québécois reproche notamment au ministre de la Justice, David Lametti, de ne pas avoir dénoncé assez fermement la déclaration de M. Steinberg lorsqu’appelé à le faire en Chambre depuis le début de la semaine. 

- Avec la collaboration de Geneviève Lajoie