/news/education
Navigation

Lab-école: les 12 ingrédients «incontournables» de l’école de demain dévoilés

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Après plus d’un an de travail, le Lab-école cofondé notamment par Pierre Lavoie a présenté les ingrédients «incontournables» pour construire l’école de demain, dont ces maquettes sont inspirées.

Coup d'oeil sur cet article

Les coûts des projets réalisés par le Lab-école sont revus à la hausse, alors que l’équipe a dévoilé les 12 ingrédients «incontournables» à réunir pour construire l’école de demain.

Pour répondre aux besoins des élèves, qui passent désormais de longues heures au service de garde, l’école du futur doit comprendre beaucoup plus qu’un corridor avec des classes de chaque côté, affirment les trois cofondateurs du Lab-école, l’architecte Pierre Thibault, l’athlète Pierre Lavoie et le chef Ricardo Larrivée.

Salle à manger, gradins, espaces collaboratifs, vestiaires, cuisine et potager sont autant de nouveaux espaces qui méritent d’être intégrés dans les projets de rénovation ou de construction d’écoles primaires, selon l’équipe du Lab-école.

L’ajout de ces nouveaux espaces signifie que les sept écoles qui seront rénovées ou construites sous sa supervision d’ici 2021 seraient de 20 à 25 % plus grandes qu’un projet traditionnel, ce qui coûterait aussi de 20 % à 25 % plus cher à réaliser, en moyenne.

Or le Lab-école a reçu un financement de 60 millions $ pour la réalisation des sept projets, soit 15 % de plus que ce qui est normalement octroyé pour ce type de chantier.

«Il manque beaucoup d’espace par rapport aux besoins dans les écoles d’aujourd’hui. On ne peut pas faire d’espace supplémentaire à l’intérieur des coûts actuels», affirme Pierre Lavoie.

Négociation en cours

Des négociations sont en cours avec Québec afin d’obtenir du financement supplémentaire, précise-t-il. «Ça sera certainement plus cher qu’aujourd’hui, mais on ne sait pas encore de combien», ajoute M. Lavoie, qui souligne que chaque projet est unique.

L’objectif du Lab-école est justement de construire des écoles-prototypes afin d’en mesurer l’impact, indique de son côté Ricardo Larrivée.

«Avant de faire la même chose avec toutes les écoles, on veut être sûr que l’investissement aura des retombées, affirme-t-il. Mais peu importe combien ça va coûter, combien on va sauver par enfant qui ne décroche pas? Par professeur qui va être plus en santé? Il y a d’énormes coûts sociaux à notre système (actuel) qui ne sont comptabilisés nulle part.»

Au cabinet du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, on fait preuve d’une certaine ouverture. «Le ministre n’est pas fermé à l’idée, on est conscient que ça peut arriver que des projets innovants coûtent plus cher que prévu», affirme son attaché de presse, Francis Bouchard.

Douze ingrédients

Après plus d’un an de travail, l’équipe du Lab-école a présenté mercredi le fruit de ses travaux dans une publication de 250 pages, Penser l’école de demain, qui comprend 12 ingrédients «incontournables» (voir encadré) et cinq clés pour leur mise en œuvre.

L’ouvrage servira de guide pour la rénovation et la construction des sept écoles primaires, dont les concours architecturaux seront lancés sous peu, mais l’équipe espère aussi que «ce nouvel alphabet» inspirera «tous les acteurs du milieu» dans les projets de rénovation à venir, qui sont nombreux.

«Ce n’est pas vrai qu’au Québec, on ne peut pas construire les meilleures écoles au monde», a lancé Pierre Lavoie.

Les ingrédients «incontournables» pour construire l’école de demain 

  • École à échelle humaine, ouverte sur l’extérieur et sur sa communauté
  • Ambiance intérieure de qualité (acoustique, fenestration, matériel)
  • Vestiaires fonctionnels qui libèrent les aires de circulation
  • Corridors dégagés utilisés pour faire du travail collaboratif
  • Gradin au cœur de la vie scolaire, lieu de rassemblement
  • Salle à manger, cuisine et potager
  • Cour extérieure connectée à la nature avec plusieurs zones différentes 

Source : Lab-école