/world/usa
Navigation

Le germe mystérieux et résistant qui menace la santé mondiale

Coup d'oeil sur cet article

Au moins 587 cas de Candida auris, une infection fongique résistante aux médicaments, ont été confirmés au cours de dernières années aux États-Unis, mais les cas se multiplient à l’échelle planétaire. 

Selon les autorités sanitaires américaines, il s’agit «d’une sérieuse menace à la santé globale», rapportait aujourd'hui USA Today.  

Centralisées principalement dans les régions de New York, de Chicago et du New Jersey, les infections à Candida auris se sont propagées dans une douzaine d'États à la fin du mois de février, ont annoncé les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC).  

Le germe, également appelé C. auris, résiste aux traitements connus, indiquent les autorités.  

Présent dans les hôpitaux et les établissements de soins de longue durée, il peut rapidement entraîner la mort des patients dont le système immunitaire est affaibli ou qui sont aux prises avec des problèmes de santé graves.  

Plus d'un patient sur trois atteint d'une infection invasive à Candida auris meurt.

  • ÉCOUTEZ l'entrevue avec la Dre Liana Falcone, infectiologue au CHUM et Directrice de l’Unité de recherché en microbiome et défenses mucosales de l’Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM) :

Chambre imprégnée 

En mai 2018, le cas d’un homme de 90 ans infecté par Candida auris avait permis de démontrer la ténacité et la dangerosité du germe.  

Le patient avait été admis à la succursale de Brooklyn de l’hôpital Mount Sinaï pour une opération abdominale. Une analyse de sang avait révélé qu'il était infecté par un germe aussi mortel que mystérieux. Les médecins l'avaient rapidement isolé dans l'unité des soins intensifs, indique le New York Times.  

L'homme est mort après 90 jours d'hospitalisation, mais le germe, lui, a survécu. Des tests ont montré qu’il était présent partout dans sa chambre.  

«Tout était positif: les murs, le lit, les portes, les rideaux, les téléphones, l’évier, le tableau blanc, les poteaux, la pompe», a énuméré le Dr Scott Lorin, président de l’hôpital. «Le matelas, les côtés du lit, les stores, le plafond, tout dans la chambre était positif.»  

Il aura fallu pratiquement rénover la chambre pour arriver à éradiquer le dangereux champignon.  

Des centaines de cas 

Sur les 587 cas confirmés aux États-Unis, suivant les données de février, New York en comptait 309, soit plus que tout autre État. L’Illinois a confirmé 144 cas, a indiqué l’agence.  

Les responsables de la santé du New Jersey ont rapporté mardi qu'au cours des quatre dernières années, 132 cas ont été confirmés et 22 autres considérés comme probables dans cet État.  

«Cela nous a tous pris par surprise», a déclaré David S. Perlin, responsable scientifique en chef du nouveau centre de découverte et d'innovation Hackensack Meridian, à Nutley, dans le New Jersey.  

«Nous ne savons pas vraiment pourquoi cette infection a éclaté partout dans le monde. Nous le voyons dans les hôpitaux. Nous avons évidemment un problème à New York et dans le New Jersey, mais nous le voyons en Espagne, au Royaume-Uni, en Afrique du Sud, ailleurs», a ajouté le Dr Perlin.  

Propagation sur les surfaces 

C. auris se propage sur des surfaces où il peut rester pendant des jours et se transmet également de personne à personne. Ces modes de transmission – et cette persistance – sont extrêmement rares en matière de maladies fongiques.  

Ce qui rend C. auris si meurtrier, c’est qu’il est à la fois difficile à traiter et souvent mal identifié, selon les autorités.  

Contrairement aux infections bactériennes, contre lesquelles les médecins ont de nombreux antibiotiques, les infections fongiques sont traitées par trois classes principales de médicaments. Cependant, certaines infections à C. auris résistent aux trois.  

Les patients qui ont été hospitalisés pendant de longues périodes, ceux qui ont un cathéter veineux central et ceux qui ont déjà pris des antibiotiques ou des médicaments antifongiques sont les plus vulnérables au champignon.  

D’où vient-il? 

C. auris a été identifié pour la première fois en 2009 chez une femme japonaise qui avait une infection à l’oreille.  

La plus ancienne souche connue remonte à 1996, en Corée du Sud, selon le ministère de la Santé du New Jersey. Il s'est depuis étendu à au moins 20 autres pays.  

Les CDC ont alerté les médecins en juin 2016, leur demandant de signaler les cas. Deux mois plus tard, les sept premiers cas aux États-Unis étaient signalés, six d'entre eux datant d'avant la notification des CDC.  

Au Canada, le premier cas connu de Candida auris multirésistant a été signalé en juillet 2017. Il s’agissait d’une personne qui souffrait depuis deux ans de troubles récurrents de l'oreille après un voyage en Inde où elle avait été hospitalisée.