/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Merci Pierre Marcotte !

Coup d'oeil sur cet article

Avez-vous entendu Pierre Marcotte à La vraie nature, confier qu’il avait été abusé par un prêtre quand il était jeune ? Ces confidences m’ont donné froid dans le dos. C’est toujours troublant de voir un homme d’âge mûr (monsieur Marcotte a 81 ans) qui raconte ses blessures d’enfance.

Chaque fois qu’une femme dénonce sur la place publique les agressions dont elle a été victime, on souligne son courage. Avec raison. Mais je suis convaincue que pour un homme, le tabou est encore plus grand. C’est pourquoi je veux remercier Pierre Marcotte d’avoir pris la parole publiquement. Imaginez ce que ça représente pour tous les hommes abusés de voir une personnalité connue parler aussi ouvertement de ses blessures.

LA PAROLE LIBÉRÉE

Oui, c’est difficile d’imaginer que la star des Tannants, la vedette aux trophées Artis et Métrostar, celui qui nous a tant fait rire, est au fond un enfant abîmé qui a gardé des séquelles toute sa vie de gestes aussi déplacés.

On sait que c’est difficile pour les victimes de parler ouvertement de ce qui est arrivé, de dénoncer publiquement. Mais pour les hommes, qui sont censés être forts, censés être capables de se défendre, que l’on n’associe pas à la posture de victime, le tabou est plus fort. Surtout quand il s’agit d’une atteinte à sa virilité. Surtout quand il s’agit de dire que les religieux se sont frottés sur ta cuisse.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

« C’est mon drame. Ça a fucké ma sexualité », a raconté l’ex-animateur à Jean-Philippe Dion, Pénélope McQuade et Véronique Hivon.

Imaginez ce que ça a pris de courage pour parler aussi candidement de son intimité à la télé, le lieu où il a connu la gloire et la popularité.

On ne le dira jamais assez : le mouvement #metoo #moiaussi ne touche pas seulement les femmes. Qu’ils aient été abusés par des professeurs, des personnalités religieuses, des entraîneurs sportifs ou des proches, les petits garçons aussi sont des cibles.

En ce moment, sur nos écrans, on peut voir le film Grâce à Dieu, sur les abus d’un prêtre en France. On y raconte l’histoire vraie d’hommes qui ont fondé un regroupement de victimes d’abus d’un prêtre. Et comment s’appelle leur regroupement ? La parole libérée.

C’est ce que Pierre Marcotte a fait à La vraie nature : il a libéré la parole. Pas juste la sienne. Celle de dizaines, de centaines d’autres enfants ou ados qui sont aussi passés entre les mains des abuseurs dans un Québec où l’Église catholique était omni-puissante.

On sait que plusieurs diocèses à travers la province procéderont à des audits au cours des prochains mois, pour donner une idée de l’ampleur des abus. Combien de Pierre Marcotte seront recensés ? Combien de petits tannants abusés ?

Merci monsieur Marcotte d’avoir brisé le silence.

LA VRAIE NATURE D’UN GÉNOCIDE

En terminant, dans un tout autre ordre d’idées, j’aurais une recommandation pour tous ceux qui, comme le maire d’Hampstead, comparent le projet de loi sur la laïcité à un nettoyage ethnique.

Ils devraient visionner Rwanda, après le sang, l’espoir, le bouleversant documentaire d’Alain Stanké, sur le volet gratuit de ICI Tou.tv.

Alain Stanké est allé au Rwanda, il y a rencontré des survivants qui témoignent de l’horreur de ce génocide. Ça rappellerait à monsieur le maire à quoi ça ressemble vraiment du « nettoyage ethnique ».