/finance/business
Navigation

Port-Cartier: ArcelorMittal conteste son évaluation foncière

Port-Cartier: ArcelorMittal conteste son évaluation foncière

Coup d'oeil sur cet article

 Rien ne va plus entre la Ville de Port-Cartier et ArcelorMittal, qui conteste son évaluation foncière. La ville pourrait devoir remettre une somme considérable à la compagnie minière.  

 Malgré des pourparlers et un processus de médiation, la compagnie minière et la ville ne s’entendent pas du tout sur l’évaluation foncière des années 2016 à 2018.  

ÉCOUTEZ LE MAIRE DE PORT-CARTIER, ALAIN THIBAULT À DUTRIZAC DE 6 À 9: 

 

 Un juge du tribunal administratif du Québec devra trancher, craint le maire Alain Thibault. Il estime à quatre millions et demi de dollars les sommes que la ville pourrait devoir rembourser à ArcelorMittal pour les trois dernières années, sans compter les comptes de taxes futurs qui seront amputés de sommes importantes.  

 «Des pertes annuelles de 1,4 million de dollars sur notre budget, ça nous fait extrêmement mal. Ça nous place dans une situation précaire. Vous êtes en train de mettre la population de Port-Cartier, la Ville de Port-Cartier, dans la misère. Réalisez-vous ça?» déplore Alain Thibault.  

 La compagnie ArcelorMittal affirme qu’elle souhaite simplement payer sa juste part de taxe foncière et se dit prête à continuer à négocier avec la Ville de Port-Cartier. Son porte-parole est surpris de la sortie du maire Alain Thibault.  

 «On ne met pas la population dans la misère. On veut payer des taxes qui sont justes et équitables. Par exemple, payer des taxes sur un bâtiment qui n’existe plus, ce n’est pas acceptable», souligne le directeur des affaires publiques d’ArcelorMittal, Nicolas Dalmau.  

 ArcelorMittal prétend qu’elle a tenu compte de la situation financière de la Ville en lui proposant d’étaler le paiement des taxes qu’elle a payées en trop sur quelques années. La compagnie minière estime pouvoir toujours en arriver à une entente avec la Ville de Port-Cartier avant que le litige soit tranché par un juge du tribunal administratif du Québec.  

 Le maire Alain Thibault estime que la minière en demande beaucoup trop à ses citoyens.  

 «Ça n’a pas de bon sens. Ce n’est pas le rôle des citoyens de Port-Cartier de soutenir une multinationale. C’est le contraire qui doit arriver», martèle-t-il.  

 ArcelorMittal est de loin le plus important contribuable de Port-Cartier. Son compte de taxes représente 58% des revenus de la Ville dont le budget est de 22,3M$.