/opinion/blogs/columnists
Navigation

QS étourdi

QS étourdi
Photo DIDIER DEBUSSCHÈRE

Coup d'oeil sur cet article

Les députés de Québec solidaire (QS) se sont abstenus de voter sur une motion présentée par Pascal Bérubé réaffirmant l’intégrité territoriale du Québec et l’applicabilité des lois sur l’ensemble du territoire, alors que tous les autres partis y ont souscrit. Le chef péquiste voulait une réponse forte de l’Assemblée nationale aux déclarations des institutions et des municipalités qui affirment qu’elles n’appliqueront pas l’éventuelle loi sur la laïcité.

Je ne sais pas si en étant plus nombreux dans l’enceinte parlementaire, les députés de QS deviennent plus confus. À cet effet, sur une motion semblable, en septembre 2017, les qsistes s’étaient prononcés favorablement alors que les libéraux avaient voté contre parce qu’ils n’avaient pas voulu couvrir de ridicule le premier ministre Couillard qui s’était commis sur une possible partition du territoire eu égard aux revendications territoriales des premières nations. Mardi, le PLQ a corrigé le tir en appuyant la motion Bérubé et il a ainsi contribué à réaffirmer le caractère indivisible du Québec, conformément au droit international. 

De son côté, QS a consenti au dépôt de la motion proposée par le chef péquiste pour ensuite s’abstenir en argüant que c’était par respect au droit à l’autodétermination des frères autochtones. Que ce soit par ignorance ou motivé par des intérêts de racolage, son silence sur une question aussi fondamentale que l’intégrité du territoire a de quoi nous troubler. La Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones (art. 46,1) rappelle l’indivisibilité du territoire, et ce, malgré les larges pouvoirs qui peuvent être octroyés aux autochtones sur certaines de ses portions. La motion Bérubé n’affecte donc pas les droits à l’autodétermination des premières nations et le prétexte de QS paraît plutôt futile.

Pour un parti qui prétendait faire de la politique autrement, il fait plutôt montre d’opportunisme en sombrant de plus en plus dans le clientélisme électoral. QS savait qu’il ne pouvait se permettre de ne pas consentir à la présentation de la motion sans s’attirer une vive réprobation de son électorat plus indépendantiste. Jouant sur les deux tableaux, le parti a permis la présentation de la motion et s’est ensuite égaré dans une abstention qu’il a justifiée par un faux prétexte pour paraître sympathique aux premières nations et satisfaire son électorat plus fédéraliste et multiculturaliste.

La position du conseil national s’objectant à toute interdiction du port de signes religieux et au projet de loi 21 s’inscrit dans ce courant clientéliste en faisant abstraction des volontés de la très grande majorité des Québécois. Le silence de QS sur la motion Bérubé peut s’interpréter comme un accord tacite aux municipalités et aux commissions scolaires qui prétendent ne pas appliquer l’éventuelle loi sur la laïcité. Le geste peut même être interprété comme un appel à la désobéissance civile de la part d’un parti présent dans l’enceinte parlementaire. Plus grave, le parti demeure muet sur d’éventuelles volontés de partition du territoire québécois.

L’opportunisme a des limites que QS transgresse sans être conscient des conséquences à l’instar de partis que nous qualifierions de populistes ailleurs dans le monde.