/opinion/columnists
Navigation

Sortir de la prison mentale canadienne

Le Canada regarde le Québec de haut

Pierre Elliot Trudeau
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Il faut bien le constater, la volonté du Québec de mettre en place une Charte de la laïcité ne passe pas au Canada anglais. On n’y voit pas seulement un choix politique regrettable, mais un scandale moral, comme si le Québec se mettait au ban de la civilisation.

On sent bien que le Canada anglais ou du moins ses principaux représentants médiatiques, intellectuels et politiques se croient moralement plus évolués que les Québécois. Il faut dire que le Canada ne pêche pas par excès de modestie idéologique.

Le regard du colonisateur

Il est convaincu d’incarner le camp du bien. Ottawa brandit son multiculturalisme comme un idéal moral censé nous éclairer tous. Il sermonne le monde entier en son nom. Si l’humanité faisait dans son ensemble comme le Canada, elle irait mieux.

De ce point de vue, la dissidence québécoise semble odieuse. Pourquoi n’acceptons-nous pas d’être des Canadiens comme tout le monde ? Pourquoi refusons-nous de rentrer dans le rang ? Notre différence est-elle si valable ?

Mais poussons plus loin cette réflexion.

Qu’on me permette d’utiliser cette chronique pour jeter un regard historique sur la relation Canada-Québec.

Comment le Canada considère-t-il le Québec ?

Le Canada anglais a toujours refusé de reconnaître le Québec comme une nation à part entière ou comme une société distincte, sauf quand vient le temps de le détester. Dès lors, nous ne sommes plus des Canadiens parmi d’autres, mais un groupe dangereux qu’il faut savoir domestiquer.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Le Canada anglais conserve à notre endroit le regard du colonisateur. Au fond de lui-même, il n’a jamais cessé de nous considérer comme un peuple vaincu, qui doit se coucher quand on lui en donne l’ordre. Le Canada nous civiliserait de l’extérieur, avec son fédéralisme et sa Charte des droits. Il nous empêcherait de persécuter les minorités qui vivent avec nous, ce que nous ferions sans son harnais.

Nulle exagération ici : cette description correspond à la vision du Québec qu’avait Pierre Elliott Trudeau et qu’il est parvenu à inscrire au cœur de la constitution dont il fut le père. Cette dernière, ne l’oublions jamais, fut adoptée en 1982 sans que le Québec la signe, comme si notre consentement était accessoire.

On constate aujourd’hui ce que veut dire vivre dans un pays dont nous ne maîtrisons pas les institutions. À Ottawa­­­, on se demande déjà comment casser la loi québécoise.

Indépendance

Disons les choses le plus simplement du monde : les Canadiens anglais et les Québécois sont des peuples distincts, qui ne voient pas le monde de la même manière. La laïcité représente de ce point de vue un test historique. Nous sortons de la prison mentale dans laquelle le Canada nous a enfermés, en nous expliquant que nous n’avions pas le droit de faire nos choix de société. Nous décidons de nous construire à partir de nos valeurs, et non plus à partir du petit espace que le Canada anglais nous laisse. Nous réapprenons à agir collectivement.

Tout serait bien plus simple, évidemment, si nous étions un pays indépendant.