/opinion/blogs/columnists
Navigation

Un Québec paralysé pour toujours

Quebec parliament building
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

La victoire de Benjamin Netanyahou aux élections d’hier en Israël devrait faire réfléchir les défenseurs de la proportionnelle au Québec. Netanyahou pourra probablement former le nouveau gouvernement, mais seulement avec l’appui de partis religieux fondamentalistes. Des partis qui n’acceptent aucun compromis et qui sont prêts à déstabiliser Israël pour réaliser leurs rêves fous. 

On dira que le Québec veut instaurer un système de proportionnel partiel, alors qu’en Israël, la proportionnelle est complète. C’est juste. Mais le résultat final sera le même. Il prendra simplement quelques années de plus à se concrétiser. 

C’est que les chantres de la proportionnelle s’imaginent naïvement que les partis resteront à peu près les mêmes que les partis actuels. Ils estiment aussi que les partis vont se résoudre à coopérer pour que le gouvernement puisse continuer à fonctionner. C’est une grave erreur. Que le système de proportionnel soit limité n’y changera rien.  

De nouveaux partis non-collaboratifs 

Avec un nouveau système à la sauce proportionnelle, au moins deux partis non-collaboratifs risquent d’émerger : celui des islamistes et celui des anglophones de l’Ouest de Montréal. La manifestation de dimanche des islamistes et les prises de position des anglophones pro-religieux contre la loi 21 devraient aider à ouvrir les yeux des défenseurs de la proportionnelle, même partielle.  

Ceci sans compter les autres partis de tout acabit qui auront de bonnes chances de remporter un ou deux sièges et qu’ils rendront encore plus difficile la formation d’une coalition gouvernementale. 

La fin du règne de la majorité 

Le résultat final sera que le parti qui aura remporté le plus de sièges aux élections sera prêt aux accommodements les plus vils avec des partis minoritaires, voire marginaux. La majorité sera complètement brimée. 

Avec un système de proportionnel, il serait par exemple impossible de faire passer le projet loi 21 sur les signes religieux.

Paralysie gouvernementale 

Il est étrange que la CAQ soit si enthousiaste à l’idée d’instaurer la proportionnelle, alors qu’avec un tel système, la plupart des lois qu’elle veut faire adopter ne passeraient jamais. Le Parti Libéral risquerait de perdre une grande part de ses électeurs anglophones. Le Parti Québéquois serait encore plus conccurencé par d'autres partis souverainistes. Seul Québec Solidaire pourrait peut-être tirer avantage de la proportionnelle.  

Un système électoral proportionnel, même en partie, risque de paralyser à jamais le gouvernement des Québécois. Voulons-nous vraiment courir ce risque ?