/entertainment/shows
Navigation

Club Soda: Roxane Bruneau, la dynamo

Club Soda: Roxane Bruneau, la dynamo
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Forte d’un seul album, «Dysphorie», lancé en juin 2017, Roxane Bruneau remplissait jeudi le Club Soda pour la quatrième fois en moins de deux mois, et a bien failli faire trembler les murs de la petite salle avec son énergie communicative, sa pop-rock entraînante et son humour irrésistible.

La dynamo, essentiellement connue pour ses pièces «J’pas stressée», «Des p’tits bouts de toi» et «Notre belle démence», et les vidéos humoristiques qu’elle partage sur le web, ne fait pas que déplacer de l’air sur scène. Les réactions qu’elle provoque s’apparentent plutôt à une petite tempête.

Il ne faut pas plus à une Roxane Bruneau en jeans, t-shirt et espadrilles que ses trois musiciens – la grosse caisse du batteur arbore le portrait du minois blond de la chanteuse –, sa dégaine de jeune rockeuse et sa répartie pimpante pour endiabler un parterre.

Jeudi, un Club Soda qui en a pourtant vu d’autres a chanté à tue-tête avec elle les paroles d’à peu près toutes ses chansons – pas seulement celles qui tournent à la radio – et s’est esclaffé à ses monologues pleins de candeur livrés entre ses interprétations. Timide en entrevue, l’artiste laisse s’exprimer une véritable bombe lorsqu’elle a son micro en main.

Club Soda: Roxane Bruneau, la dynamo
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Euphorie

Bruneau s’est sentie obligée de raisonner son assistance après la tonitruante ovation qui a remercié son entrée en piste, sur «Invincible».

«Oh, My God... Comment je vous dirais ben ça? C’est parce que c’est juste la première "tune", là!», a-t-elle hasardé, visiblement contente de son effet.

Son guitariste apparemment en peine d’amour a ensuite entonné avec elle des couplets de «Seul ensemble», une ode aux cœurs brisés.

Club Soda: Roxane Bruneau, la dynamo
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Quelques minutes plus tard, la nouvelle étoile sautillait sur place, bras tendus, pendant que les spectateurs récitaient le texte désormais consacré de la vivifiante «J’pas stressée», dont les premières notes avaient été accueillies par un véritable torrent d’enthousiasme. Un émerveillé «Vous êtes donc ben en feu!» fut sa réponse.

Son autre carte de visite, «Des p’tits bouts de toi», a généré une effusion semblable.

Chacun des morceaux de Roxane Bruneau a créé une réelle euphorie, jeudi. Tout le monde s’est amusé sur les onomatopées échantillonnées de «Lady Marmelade» qui entrecoupent «Sans toi». «Notre belle démence» en lecture guitare-voix avait des allures d’immense chorale, agrémentée de lumières de centaines de cellulaires. Même la douloureuse «Le secret», qui raconte la violence familiale du point de vue d’un enfant, est parvenue à créer une petite communion, sans néanmoins faire diminuer l’excitation ambiante.

Bruneau a également gratifié ses admirateurs d’une composition inédite, «Le petit soldat», qui se retrouvera peut-être sur son deuxième album.

Qui plus est, la verbomotrice auteure-compositrice en donne autant dans ses intermèdes parlés que dans ses interprétations chantées, offrant des numéros comiques sur tout et n’importe quoi entre ses mélodies, à la grande joie de ses inconditionnels.

Roxane Bruneau poursuit sa tournée et sera de retour au Club Soda le 25 avril prochain. Pour son calendrier complet: roxanebruneau.com.

Club Soda: Roxane Bruneau, la dynamo
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Club Soda: Roxane Bruneau, la dynamo
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI