/qubradio
Navigation

Contre une loi sur la laïcité, Sol Zanetti raconte sa conversion

Sol Zanetti
Photo d'archives, Simon Clark Sol Zanetti

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau porte-parole de Québec solidaire (QS) en matière de laïcité, Sol Zanetti, a longtemps cru qu'il fallait interdire le port des signes religieux aux agents de l'État en situation d'autorité, y compris les enseignants, mais il a changé d'avis.  

À QUB radio jeudi, le député QS de Jean-Lesage a raconté comment il en était venu à abandonner le compromis dit «Bouchard-Taylor» ainsi que tout projet visant à légiférer sur la laïcité au Québec.       

«On réalise que finalement, ça ne calmera pas le jeu tout ça», dit-il.    

Son argument de base repose sur le fait qu'on ne peut libérer une femme en l'obligeant à s'habiller d'une certaine manière.    

«C'est de présumer qu'une femme porte le voile parce qu'elle est opprimée, qu'elle ne le fait pas par choix, ce qui n'est pas nécessairement ça. C'est l'idée qu'elle n'est pas capable de se libérer toute seule, et de présumer que la loi a besoin de la sauver d'elle-même. Ça, c'est la position paternaliste qui se retrouve dans les arguments des gens qui s'opposent à l'autodétermination des peuples», a expliqué Sol Zanetti.    

Il estime que l'opinion a basculé au Québec en faveur de plus d'interdictions, et qu'il est mieux pour le Québec, dans une perspective indépendantiste, de ne pas aller là.    

«Quelqu'un qui ne porte pas de signe religieux peut ne pas être neutre, alors que quelqu'un qui porte un signe religieux peut être vraiment neutre. Il n'y a pas de lien de causalité entre les deux», selon lui.    

Tous les symboles, religieux ou non, envoient des messages, reconnait-il, mais il faut faire confiance en l'intelligence des gens.        

«Il y a des mécanismes pour respecter les droits de tout le monde dans le système actuel, je ne vois pas pourquoi on irait brimer des droits de minorités pour un problème qui n'est pas avéré», conclut-il sur la question.      

Position sur l'intégrité territoriale du Québec  

Par ailleurs, mardi, les députés de QS ont été les seuls à s'abstenir de voter à l'Assemblée nationale en faveur de la motion du Parti québécois (PQ) sur l'intégrité du territoire québécois parce qu'elle ne tenait pas compte du droit à l'autodétermination des Premières Nations.      

«Nous [QS] sommes en faveur de l'intégrité du territoire. Mais, il faut qu'on pense l'indépendance du Québec avec l'idée des autochtones et leur droit à l'autodétermination» «On l'a proposé au PQ et ils ne l'ont pas accepté», affirme Sol Zanetti.     

QS a proposé un amendement à la motion pour respecter les droits des peuples autochtones, mais qui a été refusé par le Parti québécois.    

Cette prise de position de Québec solidaire a d'ailleurs été saluée par le chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL), Ghislain Picard qui a déclaré par voie de communiqué : « Le gouvernement du Québec, en défendant le principe de l’intégrité territoriale du Québec dans la négation de nos droits ancestraux et issus de traités, de notre titre aborigène et de notre souveraineté fait preuve d’une ignorance flagrante».  

ÉCOUTEZ Sol Zanetti à QUB radio:          

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions