/news/education
Navigation

Pas de transport scolaire pour des milliers de jeunes en Estrie

Coup d'oeil sur cet article

Environ 16 000 jeunes de l'Estrie sont touchés par une grève des chauffeurs d'autobus scolaire. Les parents doivent donc trouver un plan B pour reconduire leurs enfants à l'école.

Les membres de trois syndicats sont en débrayage depuis mercredi. Il s'agit des chauffeurs d’Autobus des Cantons, de l'Estrie et de la Sapinière. Douze mille élèves de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) sont touchés par les moyens de pression des chauffeurs.
Le transport par berline et par taxi est toutefois fonctionnel. La CSRS a mis en œuvre plusieurs mesures afin d'assurer la sécurité des jeunes et faciliter le transport.
Par exemple, on offre plus de surveillance dans les cours d'école et dans les aires communes comme les cafétérias. Les parents peuvent ainsi aller reconduire leurs enfants un peu plus tôt ou venir les chercher un peu plus tard après la fin des cours.

Un meilleur salaire pour les chauffeurs

Les chauffeurs d'autobus demandent de meilleures conditions de travail. Il est surtout question de leur salaire. Selon le Conseil central des syndicats nationaux de l'Estrie-CSN, le salaire moyen des chauffeurs avoisine les 19 000 $ par année, un revenu qui serait inférieur à celui d'autres chauffeurs de la région.
Deux employeurs sont pointés par les chauffeurs: Sogesco et Transdev. Pour sa part, Sogesco affirme qu'elle ne peut commenter le dossier en raison d'un ordre du conciliateur.
La grève doit se poursuivre jusqu'au 17 avril, à moins qu'une entente survienne d'ici cette date.