/opinion/columnists
Navigation

Québecophobie manière Charkaoui

Coup d'oeil sur cet article

Sans le vouloir, la manifestation de dimanche à Montréal, organisée par Adil Charkaoui, laisse deviner le plan des islamistes d’ici : instrumentaliser l’appui massif de la population à la laïcité pour le transformer en arme offensive.

La manifestation a été suivie d’une prière de rue devant le cénotaphe ; des Allahu akbar (Dieu est grand) fusaient chez les manifestants ; des organisateurs se sont adressés à la foule en arabe ; parmi la foule, certains faisaient le doigt du Tawhid (signe d’allégeance à l’État islamique). On a même effectué une distribution de hijabs gratuits.

Le premier ministre du Québec a été traité de raciste sans autre forme de procès.

Des médias influents ont choisi de ne pas dire ou montrer toutes ces choses. Pourquoi ?

Insultes graves

Je peine à imaginer une manifestation aussi anti-Québec que celle-là : le fleurdelisé était porté à l’envers, ce qui constitue une insulte, et l’anglais semblait être la lingua franca de l’événement, tant sur les pancartes que pendant le discours de clôture.

J’ai même vu une pancarte, tenue par une femme portant le hijab, qui disait : « On veut un gouvernement pour tous les Québécois, pas pour Québecor ».

Ce n’est pas ainsi que le Collectif canadien anti-islamophobie va convaincre les Québécois que des fondamentalistes œuvrent pour le bien de tous.

Les grosses pointures de l’islam politique montréalais ont vu dans le projet de loi 21 une entrée de secours pour leurs troupes de choc féminines, un moyen de détourner le débat avec des arguments qui ont peu à voir avec les droits des musulmanes.

Dans un récent statut FB, Adil Charkaoui écrivait : « Une voilée à la maison est une mère de famille qui travaille à temps plein à éduquer ses enfants – Surtout si elle a un bac en éducation ! »

Aucun risque qu’elle finisse dans une salle de classe. Voilée ou pas.