/sports/fighting
Navigation

David Théroux a vaincu son démon

Le boxeur a combattu un problème de boulimie dans les dernières années

Boxe : pesée officielle Gala Dooly’s
Photo Martin Chevalier David Théroux et Juan Daniel Bedolla Orozco quelques instants après leur pesée officielle vendredi, au Casino de Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le début de l’année, David Théroux a retrouvé ses repères dans et à l’extérieur du ring. Le chemin pour y parvenir n’a pas été facile. 

En décembre 2017, l’athlète de Sorel-Tracy encaisse la troisième défaite de sa carrière contre Jesus Antonio Perez Campos devant ses partisans. 

« C’est un combat que j’aurais dû gagner, a expliqué David Théroux lors d’une entrevue avec Le Journal de Montréal. Avant ce duel, j’avais perdu 10 lb dans les dernières heures avant la pesée. J’ai failli perdre connaissance. »

Son corps venait de lui envoyer un signal fort. Théroux a constaté qu’il était aux prises avec un trouble alimentaire qui était relié à son sport.

« J’ai eu plusieurs épisodes de boulimie, a raconté le boxeur de 25 ans. Je tombais dans des rages de nourriture entre mes combats. Je me faisais souvent vomir. Lorsque tu te mets les doigts dans la gorge, tu le sais que ça n’a pas de bon sens. 

« J’avais un problème au fond de moi, mais je le banalisais. Dans ma tête, j’étais discipliné. »

Dans ses crises, il lui arrivait de commander deux repas complets après un entraînement. Une commande qui défiait toute logique même pour un athlète. Entre ses duels, il pouvait peser jusqu’à 175 lb alors qu’il se battait à 140 lb. 

En cachette

Théroux a caché ce trouble alimentaire à ses entraîneurs pendant une longue période de temps. 

« Ça faisait longtemps que je vivais de cette façon, a-t-il souligné. Ç’a duré deux ans par séquence. Je suis conscient que c’est une problématique qui est encore en dedans de moi. »

Il s’est servi de l’année 2018 pour faire une prise de conscience importante. Le protégé de Stéphan Larouche n’aimait pas ce qu’il voyait de lui. Il s’est donc pris en main. 

« Je fais maintenant mes camps d’entraînement autour de 155 lb. Mon poids descend et je mange à ma faim. Lorsqu’il me reste 2 lb à perdre, je suis en forme pour le faire. »

Nouvelle mentalité

Après avoir remis sa santé sur les rails, Théroux avait le couteau entre les dents pour 2019. 

« Je n’avais jamais été à 100 % depuis mon saut chez les pros en 2014. C’est ce que je voulais pour 2019. J’y vais un combat à la fois. 

« À moyen terme, j’aimerais monter dans les classements et gagner une ceinture mineure. Lors de mes deux derniers combats, j’ai eu des réponses à mes questions. Ça me manquait d’être actif et j’en ai encore à donner à la boxe. »

Son entraîneur a remarqué le changement d’attitude de son poulain. 

« David est bien dans sa peau comme il l’a rarement été, a affirmé Larouche. Il sait que son style de vie va paraître dans le ring tôt ou tard. Il doit être honnête envers lui-même comme tous les boxeurs. »

Ce samedi soir, en sous-carte du combat Dicaire-Lauren, Théroux affrontera le Mexicain Juan Daniel Bedolla Orozco (19-8-2, 14 K.-O.) dans un duel de huit rounds. 

« C’est un bagarreur qui fonce sur ses adversaires, a analysé Larouche. On n’aura pas besoin de courir après lui. »

Au cours de ses derniers duels, Théroux s’est éloigné de l’étiquette de guerrier qui lui collait à la peau. Il est plus conscient de sa défensive et il se sert de ses habiletés à bon escient.

Avec un style moins kamikaze et une meilleure santé, il se donne des chances d’atteindre ses objectifs. C’est lui qui a maintenant les deux mains sur le volant de sa carrière. Voyons voir jusqu’où il pourra se rendre...