/qubradio
Navigation

«Panser le Canada» remporte le Grand prix de la présidence de l'Assemblée nationale du livre politique de l'année

Valérie Lapointe-Gagnon
Photo courtoisie Valérie Lapointe-Gagnon

Coup d'oeil sur cet article

C'est un intérêt pour le mauvais fonctionnement de la politique canadienne qui a donné le goût à Valérie Lapointe-Gagnon de se pencher sur la Commission royale la plus coûteuse et la plus longue de l'histoire du pays.  

Valérie Lapointe-Gagnon, auteure du livre «Panser le Canada» qui lui a valu le Grand prix de la présidence de l'Assemblée nationale du livre politique, était l'invitée d'Antoine Robitaille, vendredi, à l'émission Là-haut sur la colline, de QUB radio.   

La politologue raconte que la Loi sur les langues officielles, qui célèbre ses 50 ans cette année, faisait partie d'une série d'étapes proposées par la commission Laurendeau-Dunton, pour réparer les injustices commises envers les minorités francophones du Canada.  

«C'était vu comme étant un premier pas, et non l'achèvement de quelque chose. On voulait aller beaucoup plus loin que ça», a-t-elle relaté.  

Mais lorsque Pierre-Elliott Trudeau est arrivé au pouvoir, il n'a pas voulu continuer dans la voie du biculturalisme, et toute la question du statut distinct [du Québec], du statut particulier, a été évacuée», a-t-elle poursuivi.  

ÉCOUTEZ l'auteure Valérie Lapointe-Gagnon à QUB radio:     

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions