/news/transports
Navigation

Le sort du mégaprojet entre les mains de Montréal

L’avenir du Réseau de transport structurant de Québec en jeu

Le tramway sera une composante du Réseau de transport structurant de Québec.
Illustration d’archives Le tramway sera une composante du Réseau de transport structurant de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Le sort du Réseau structurant de transport en commun de Québec repose désormais, en grande partie, sur le bon vouloir de la Ville de Montréal, a appris Le Journal auprès de sources concordantes.

La semaine dernière, le ministre fédéral de l’Infrastructure et le président du Conseil du trésor sont apparus souriants et optimistes à l’issue d’une rencontre portant sur le financement du mégaprojet de 3,3 milliards $.

Depuis de longues semaines, les deux gouvernements supérieurs ne s’entendent pas sur le programme fédéral précis dans lequel il faut puiser les 800 millions $ qui manquent pour boucler le budget.

Le Québec tient à ce que toute la somme soit décaissée à même les 5,2 milliards $ du Programme fédéral d’infrastructures. Or, les critères actuels de ce programme sont basés sur l’achalandage, ce qui nuit à la Ville de Québec et empêche de compléter le financement.

Le scénario montréalais

Selon nos informations, un des principaux scénarios envisagés par les deux gouvernements est de demander à Montréal de céder une partie des sommes auxquelles elle a théoriquement droit dans le cadre de ce programme. Normalement, la métropole peut prétendre toucher jusqu’à 3,7 milliards $ (soit 72 % des 5,2 milliards).

« Mais il faut savoir que Montréal a actuellement deux gros dossiers seulement sur la table dans le cadre de ce programme, soit le prolongement de la ligne bleue du métro et les trains Azur. Les deux totaliseraient entre 1,6 et 1,7 milliard $ », confie une source bien informée.

Selon un autre contact, « Montréal ne perdrait rien sur le plan comptable en cédant 800 millions $ à la Ville de Québec dans le cadre de ce programme précis. Il lui sera toujours possible de négocier des sommes pour d’autres projets en échange. »

Vendredi soir, le fédéral a annoncé qu’il acceptait « d’accorder certaines flexibilités additionnelles » aux provinces dans la gestion du Programme d’infrastructure.

Montréal ferme la porte

Appelé à commenter ces développements, Marc-André Viau, conseiller principal de la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a affirmé que « nous n’avons reçu aucune demande en ce sens et l’argent distribué en fonction des critères correspond à nos besoins et à notre réalité. Nous nous attendons à ce que Québec respecte la distribution actuelle. »

Énumérant divers projets comme le tram de l’est ou le prolongement de la branche ouest de la ligne de métro orange, ce dernier a soutenu que Montréal planche sur « beaucoup plus que deux projets » en transport en commun.

Réseau de transport structurant de Québec

  • Projet de 3,3 milliards $
  • Part du gouvernement Québec : 1,8 milliard $ (déjà sur la table)
  • Part d’Ottawa : 1,2 milliard $ (400 millions $ confirmés)
  • Part de la Ville de Québec : 300 millions $ pour divers aménagements