/sports/golf
Navigation

Tiger au plus fort de la course

Le haut du tableau est complètement congestionné

MAJ-UMG-SPO-GLF-THE-MASTERS---ROUND-TWO
Photo AFP Grâce à son efficacité sur les verts, Tiger Woods a retranché quatre coups à la normale hier.

Coup d'oeil sur cet article

AUGUSTA | Le week-end du Tournoi des Maîtres s’annonce excitant à souhait. Aussi congestionné que le premier virage d’une course NASCAR, le tableau principal regroupe sept golfeurs du top 15 mondial. Cinq golfeurs partagent la tête... Et un certain Tiger Woods pointe tout juste dans le rétroviseur.

La deuxième ronde a été fertile en rebondissements. Parmi les 11 golfeurs qui occupent le top 10 du tableau, sept comptent au moins un titre majeur et deux d’entre eux possèdent déjà un veston vert.

À la conquête d’une 15e victoire du Grand Chelem et d’un cinquième veston, Woods a rugi en grimpant les échelons au neuf de retour, vendredi, au plus grand plaisir des spectateurs, dont les réactions résonnaient entre les hauts pins du « National ».

Avec ses trois oiselets et deux bogueys à l’allée et son jeu inspirant qui lui a ensuite permis d’ajouter trois autres « moineaux » au retour, le Tigre a ramené une carte de 68 (-4). Sa fiche cumulative a ainsi grimpé à -6. Il s’en est fallu de peu pour qu’il rejoigne Francesco Molinari, Jason Day, Brooks Koepka, Adam Scott et Louis Oosthuizen au sommet à -7.

La pluie a interrompu son envolée en fin d’après-midi tandis que les officiels ont arrêté la ronde pendant une quarantaine de minutes en raison du ciel menaçant.

« Je suis resté patient. J’étais à l’aise avec mon jeu. Je suis dans la course dans un troisième championnat majeur de suite, c’est positif, a signalé celui qui était à la poursuite du titre l’été dernier à l’Omnium britannique et au Championnat de la PGA.

« J’ai manqué quelques roulés, mais je ne suis pas déçu puisqu’ils suivaient la bonne ligne. Je peux vivre avec ça, a ajouté celui qui n’a pas réussi à tirer profit des normales 5, un élément clé. J’ai néanmoins réussi de longs roulés, ce qui est agréable. J’avais la bonne vitesse. S’ils peuvent tenir la ligne, ils tomberont ce week-end. »

Glissade accidentelle

Après les menaces de Dame nature est venue celle d’un gardien de sécurité qui a trébuché à ses pieds à son second coup au 14e près d’une armée de spectateurs. En se précipitant pour protéger le golfeur après son coup magistral, le gardien a glissé sur le gazon détrempé dans ce qui a pris des allures d’un tacle au soccer ou d’une glissade au deuxième but sur un but volé au baseball. Il a accroché la cheville du Tigre. Plus de peur que de mal. Mais voilà pourquoi il est interdit de courir sur l’Augusta National ! Le quadruple champion a ensuite drainé son roulé d’oiselet de 28 pieds.

« Tout est correct. Je ne suis pas blessé. C’est un accident, ça arrive. Des spectateurs m’ont déjà piétiné dans le passé. C’est ce qui arrive quand on joue devant autant de gens », a exprimé avec le sourire celui qui attire une impressionnante quantité de spectateurs sur le parcours.

Conners glisse

Avec une carte de 71 (-1), Corey Conners a tenté de suivre le derby à l’avant du peloton. Avec son dossier de -3, le Canadien n’est toutefois pas hors de la course, à égalité au 16e échelon. Mais très rares sont les golfeurs exclus du top 10 après 36 trous qui ont enfilé le veston vert deux jours plus tard. Le dernier en lice : Charl Schwartzel en 2011. Il occupait le 12e rang. Le précédent : Jack Nicklaus, celui qui lui a serré la pince jeudi matin avant son départ, dans une pièce d’anthologie en 1986. Le Golden Bear occupait alors le 17e rang.

« Les conditions étaient délicates avec le vent soufflant dans plusieurs directions. Je suis resté constant. J’ai essayé de rester à l’écart des ennuis. Mais je m’y suis empêtré quelques fois », a expliqué le golfeur de 27 ans, qui s’est tiré d’embarras en retranchant trois coups à la normale sur les normales 5.

Parmi ces quelques gaffes, notons qu’il a encore exécuté trois roulés sur le 18e vert, en route vers un autre boguey. « J’ai gagné en expérience, mais ces verts sont difficiles à lire. Les bonnes lignes sont difficiles à trouver, surtout y faire pleinement confiance. »

Dans le calepin

Les prévisions météo annoncent nuages, averses de pluie, vents et orages pour les rondes du week-end. Des rayons de soleil devraient percer les nuages en cours de journée. Mais dimanche, de fortes rafales de 40 à 50 km/h devraient balayer le parcours en après-midi alors que de gros orages devraient toucher la région d’Augusta.

Dans l’histoire, cinq éditions du Tournoi des Maîtres ont pris fin le lundi. C’était en 1936, 1938, 1961, 1973 et 1983. En 82 ans, huit journées ont été remises au lendemain et quatre fois, les golfeurs ont joué 36 trous dans la même journée. La pluie a gêné le tournoi dans 43 éditions. La dernière fois qu’il a plu sur le National durant le Masters, c’était en 2013.

Tony Finau mène le plateau avec une moyenne de 318,8 verges à ses coups de départ. Il est par contre 50e quant à la précision avec 64,3 % des allées touchées. Molinari mène sur les verts avec une moyenne de 1,4 roulé par vert. Schauffele a amassé 13 oiselets à ses 36 trous, le plus haut rendement. Il a converti 54 % de ses occasions.

Le couperet est tombé à +3. Sergio Garcia et Justin Rose, entre autres, n’y ont pas résisté, tout comme le Canadien Mike Weir.

Résultats

  • Jason Day 70-67 — 137
  • Brooks Koepka 66-71 — 137
  • Francesco Molinari 70-67 — 137
  • Louis Oosthuizen 71-66 — 137
  • Adam Scott 69-68 — 137
  • Justin Harding 69-69 — 138
  • Dustin Johnson 68-70 — 138
  • Xander Schauffele 73-65 — 138
  • Tiger Woods 70-68 — 138
  • Ian Poulter 68-71 — 139
  • Jon Rahm 69-70 — 139
  • Charles Howell III 73-67 — 140
  • Patton Kizzire 70-70 — 140
  • Matt Kuchar 71-69 — 140
  • Phil Mickelson 67-73 — 140
  • Kiradech Aphibarnrat 69-72 — 141
  • Corey Conners 70-71 — 141
  • Bryson DeChambeau 66-75 — 141
  • Tony Finau 71-70 — 141
  • Rickie Fowler 70-71 — 141
  • Justin Thomas 73-68 — 141
  • Gary Woodland 70-71 — 141
  • Lucas Bjerregaard 70-72 — 142
  • Tommy Fleetwood 71-71 — 142
  • Charley Hoffman 71-71 — 142
  • J.B. Holmes 70-72 — 142
  • Kevin Kisner 69-73 — 142
  • Thorbjorn Olesen 71-71 — 142
  • Rafa Cabrera Bello 73-70 — 143
  • Viktor Hovland 72-71 — 143
  • Bernhard Langer 71-72 — 143
  • Patrick Reed 73-70 — 143
  • Webb Simpson 72-71 — 143
  • Jordan Spieth 75-68 — 143
  • Kevin Tway 72-71 — 143
  • Keegan Bradley 76-68 — 144
  • Si Woo Kim 72-72 — 144
  • Marc Leishman 72-72 — 144
  • Rory McIlroy 73-71 — 144
  • Kevin Na 71-73 — 144
  • Alvaro Ortiz 73-71 — 144
  • Cameron Smith 70-74 — 144
  • Kyle Stanley 72-72 — 144
  • Jimmy Walker 72-72 — 144
  • Bubba Watson 72-72 — 144
  • Matthew Fitzpatrick 78-67 — 145
  • Satoshi Kodaira 75-70 — 145
  • Andrew Landry 72-73 — 145
  • Hideki Matsuyama 75-70 — 145
  • Patrick Cantlay 73-73 — 146
  • Tyrrell Hatton 73-73 — 146
  • Trevor Immelman 74-72 — 146
  • Haotong Li 72-74 — 146
  • Keith Mitchell 72-74 — 146
  • Henrik Stenson 74-72 — 146
  • Aaron Wise 75-71 — 146
  • Devon Bling 74-73 — 147
  • Branden Grace 72-75 — 147
  • Emiliano Grillo 72-75 — 147
  • Billy Horschel 72-75 — 147
  • Zach Johnson 74-73 — 147
  • Takumi Kanaya 73-74 — 147
  • Martin Kaymer 73-74 — 147
  • Alex Noren 75-72 — 147
  • Eddie Pepperell 74-73 — 147
  • Stewart Cink 76-72 — 148
  • Sergio Garcia 73-75 — 148
  • Sandy Lyle 73-75 — 148
  • Kevin O’Connell 77-71 — 148
  • Justin Rose 75-73 — 148
  • Mike Weir 72-76 — 148
  • Danny Willett 75-73 — 148
  • Fred Couples 78-71 — 149
  • Adam Long 75-74 — 149
  • Charl Schwartzel 77-72 — 149
  • Brandt Snedeker 75-74 — 149
  • Shugo Imahira 76-74 — 150
  • Shane Lowry 78-73 — 151
  • Larry Mize 77-74 — 151
  • Jovan Rebula 73-79 — 152
  • Matt Wallace 75-77 — 152
  • Paul Casey 81-73 — 154
  • Michael Kim 76-78 — 154
  • Vijay Singh 80-76 — 156
  • Ian Woosnam 80-76 — 156