/entertainment/movies
Navigation

Un drame historique explosif

Vincent Cassel dans le film L’empereur de Paris. 
Photo AZ FILMS Vincent Cassel dans le film L’empereur de Paris. 

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir porté à l’écran l’histoire du célèbre criminel français Jacques Mesrine, le réalisateur Jean-François Richet et l’acteur Vincent Cassel refont équipe pour raconter les aventures d’un autre personnage mythique : François Vidocq.

L’empereur de Paris, un drame policier historique qui a pris l’affiche vendredi, relate donc le parcours fascinant de cet ancien criminel qui est devenu chef de la police de Paris sous le règne de Napoléon.

Le film nous transporte dans les mauvais quartiers de Paris, au début du 19e siècle. Quelques années après avoir été laissé pour mort à la suite d’une spectaculaire évasion (sa spécialité), François Vidocq a réussi à se faire oublier en devenant un simple commerçant honnête. Mais son passé le rattrape d’un seul coup le jour où il est reconnu par un ancien codétenu. Accusé d’un crime qu’il n’a pas commis, Vidocq décide de proposer à la police de l’aider à traquer les brigands les plus dangereux. D’ancien criminel, il deviendra donc le policier le plus craint et le plus détesté de Paris.

Le réalisateur Jean-François Richet a réussi à concocter un film policier ambitieux qui mélange le polar et le drame historique. L’empereur de Paris aligne les scènes d’action spectaculaires en s’appuyant sur une reconstitution historique impressionnante. Égal à lui-même, Vincent Cassel apporte son charisme et son énergie brute au personnage de Vidocq, qu’il réussit à dépeindre comme un héros aussi sombre qu’attachant. À ses côtés, Fabrice Luchini se démarque sous les traits du ministre de la Police, et le toujours excellent Denis Lavant s’éclate dans la peau d’un dangereux mafieux. Même si le récit manque un peu d’humour et de folie, L’empereur de Paris se révèle un divertissement solide et efficace.

  • L’empereur de Paris (3/5)

Un film de Jean-François Richet

Avec Vincent Cassel, Fabrice Luchini et Denis Lavant.