/sports/soccer/impact
Navigation

Enfin à la maison

Le club montréalais joue un premier au stade Saputo après six rencontres à l’étranger

SPO-IMPACT-LOS-ANGELES-MLS
Photo d'archives, Agence QMI Evan Bush et ses coéquipiers de l’Impact retrouveront leurs partisans samedi après-midi.

Coup d'oeil sur cet article

Après un mois et demi d’attente, les joueurs de l’Impact et les partisans vont enfin pouvoir communier ensemble lors du premier match de la saison au stade Saputo, samedi après-midi.

Avant de rentrer à la maison, les hommes de Rémi Garde ont joué six matchs à l’étranger, lors desquels ils se sont façonné une fiche très décente de deux victoires, deux défaites et autant de verdicts nuls.

« Six matchs à l’extérieur, ça commence à peser, a convenu Harry Novillo. On avait à cœur de jouer devant notre public et je pense que lui aussi attend ça depuis longtemps.

« C’est bien de découvrir de nouvelles villes, mais c’est toujours mieux d’être à la maison. »

Pas facile

Pour cette grande rentrée, le Bleu-blanc-noir va affronter son plus grand défi de la saison, n’en déplaise au Sporting de Kansas City, qui l’a corrigé 7 à 1 il y a deux semaines.

Le Crew de Columbus s’amène au stade Saputo avec une fiche de 4-1-1, la meilleure dans l’Association Est, pour un total de 13 points. Qui plus est, l’équipe de Caleb Porter a remporté ses quatre victoires par blanchissage.

« C’est une très bonne équipe, qui prend peu de buts et qui fait un très bon début de championnat », a reconnu Rémi Garde.

De plus, le Crew, contrairement à l’Impact, est reposé, car il n’a pas joué en milieu de semaine.

Terrain

On ne sait pas encore de quoi aura l’air le terrain du stade Saputo cet après-midi. En raison du verglas et de la neige, la toile qui recouvrait le gazon n’a été retirée que jeudi.

Bacary Sagna croit que l’équipe ne doit pas se formaliser de ce genre de détails.

« Il ne faut pas que ce soit un paramètre qui nous gêne. On a joué sur le synthétique et à New York.

« Peu importe l’état du terrain, ça va être un match difficile parce qu’on fait face à une équipe de qualité. »

Les joueurs se sont quand même entraînés sur l’une des surfaces naturelles du Centre Nutrilait plutôt que sur le synthétique, vendredi matin, histoire que les joueurs retrouvent des conditions similaires à celles qu’ils auront cet après-midi.

Pas de pression

Les joueurs sont peut-être soulagés de revenir à la maison, mais Sagna a soutenu qu’ils ne ressentent pas de pression particulière avant ce grand rendez-vous.

« Je ne pense pas que les joueurs se mettent une pression particulière. C’est une bonne pression, l’an dernier on a fait une bonne deuxième moitié de saison à domicile. »

Samuel Piette croit pour sa part qu’il y a un petit piège.

« Ça peut aussi nous faire mal de revenir à la maison après six matchs. C’est important de ne pas avoir la même mentalité que lorsqu’on est à l’extérieur et c’est important de faire la transition. »

Pas de relâchement

Garde est bien déterminé à éviter toute forme de relâchement dans le contexte où les joueurs pourraient être soulagés d’avoir traversé la première portion difficile de la saison.

« Je vais faire en sorte qu’il n’y ait pas de relâchement. Je ne pense pas que les joueurs soient dans cet état d’esprit.

« On n’a pour l’instant communié avec nos fans que dans des salles fermées ou avec des partenaires dans des dîners de charité. On aime bien ça, mais je crois que les joueurs ont envie de sentir l’appui de notre public. »

Le bon départ de Diallo

Zakaria Diallo est devenu l’homme de confiance de l’unité défensive de l’Impact en seulement cinq matchs, et Rémi Garde croit que le grand Français peut en donner encore plus.

« Il a fait un bon début de saison, c’est là où on voit toute la dimension psychologique dans le sport. Il prend de la place dans l’équipe, physiquement et psychologiquement, mais il peut faire mieux. J’attends de lui qu’il soit encore plus leader sur le terrain tout en restant bien concentré sur son jeu. »

Sagna a aimé ce qu’il a vu

Bacary Sagna a pris Zachary Brault-Guillard sous son aile cette saison et il a bien observé le jeune homme qui a obtenu son premier départ, mardi à Washington.

« Il a fait un bon match. D.C. est une bonne équipe et il avait un joueur de qualité en face avec [Paul] Arriola.

« Je lui ai dit ce que je pensais de son match défensivement et il l’a pris. À lui aussi de me donner des conseils. On ne se voit jamais jouer, c’est difficile d’avoir du recul. »

 

 

Sur le même sujet