/news/education
Navigation

Université Laval: les chargés de cours prêts à faire la grève

Un débrayage est possible à l’Université Laval

Université Laval: les chargés de cours prêts à faire la grève
Daniel Mallard/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les 1600 chargés de cours de l’Université Laval se sont dotés d’une banque de 10 jours de grève, vendredi, et pourraient donc débrayer prochainement, au moment où les étudiants entament la dernière ligne droite de leur session.

Réunis en assemblée générale, les syndiqués présents, affiliés à la CSN, ont appuyé à 86,4 % ce moyen de pression. Les jours de grève seront utilisés « au moment jugé opportun », de façon consécutive ou non, à moins qu’une entente de principe ne survienne d’ici là.

Les chargés d’enseignement, qui assurent 40 % des cours de premier cycle selon leur syndicat, envisagent aussi de faire la grève pendant la semaine d’examens « en fonction de l’avancement de la négociation ».

Rattrapage salarial

« Ce n’est pas de gaieté de cœur que l’on prend cette décision-là. On la prend parce qu’on ne voit pas d’autres moyens pour que la direction reconnaisse nos demandes », a affirmé la présidente du syndicat, Christine Gauthier. Les négociations avec la partie patronale, sur le renouvellement de la convention collective des membres, ont débuté il y a près de deux ans.

Elles achoppent principalement sur la question monétaire. Les chargés de cours estiment être « les moins bien payés au Québec » et exigent un rattrapage salarial de 6,75 %. Quelque 800 d’entre eux ont un contrat d’enseignement durant la présente session d’hiver.

L’UL réagit

Alors que le processus de négociation se poursuit, l’Université Laval a tenu à rappeler que « l’obtention d’un tel mandat ne signifie pas qu’une grève sera nécessairement déclenchée ». Elle précise que « la session d’hiver 2019 n’est pas compromise » et que si des cours ou des examens devaient être annulés, ils seraient repris.

« L’objectif de l’Université Laval est d’en arriver le plus rapidement possible à une entente négociée satisfaisante pour les deux parties », a déclaré Lyne Bouchard, vice-rectrice aux ressources humaines de l’institution, dans un communiqué.

Le syndicat et l’employeur reprennent les échanges lundi. Pour le moment, aucune journée de grève n’a été annoncée.