/weekend
Navigation

À pleine vitesse

Martin Petit
Photo courtoisie, Julie Perreault Martin Petit

Coup d'oeil sur cet article

Neuf ans après son acclamé troisième spectacle, Le micro de feu, Martin Petit annonce la sortie de son nouveau one-man show pour l’automne.

Dans Martin Petit à 107 000 km/h, l’humoriste présentera ses meilleurs gags qu’il a peaufinés ces derniers mois, dans de nombreuses soirées d’humour.

D’où t’est venu le titre du Spectacle ?

« En aidant mes enfants à faire leurs devoirs, je suis tombé sur l’information que la Terre roule à 107 000 km/h dans l’espace. Ce n’est pas sorti de mon cerveau. On est conscient qu’on roule dans l’espace à peu près 0,01 % de notre existence sur Terre. Dans la vie, les artistes, on trouve souvent que ça ne va pas assez vite. Mais là, en ce moment, on roule à 107 000 km/h. C’est déjà beaucoup, je trouve ! Cette info-là me détend. »

Quels seront les thèmes du spectacle ?

« Ce sont les thèmes plates généraux de tout le monde (rires). Pour vrai, la liste des thèmes d’un show d’humour, c’est tout le temps bien ennuyant. Il n’y a rien de plus plate que de nommer les thèmes d’un show d’humour. Tous les sujets plates, je les fais ! (rires) »

Ton dernier spectacle est sorti en 2010. Avais-tu amassé du nouveau matériel depuis ?

« Je n’ai rien ramassé, car j’ai écrit la série Les Pêcheurs pendant cinq ans. Je n’ai donc pas eu le temps d’écrire du stand-up. Je me souviens que j’avais fini la tournée pour Le micro de feu un vendredi ou samedi. J’avais reçu le feu vert pour la production des Pêcheurs la même semaine. Et le lundi suivant, je commençais l’écriture à temps plein. »

T’es-tu senti rouillé en ­remontant sur les planches ?

« Ç’a peut-être duré une semaine et demie. Mais rapidement, je me suis rendu compte que j’avais encore ma place avec les autres humoristes. Les jeunes se sont mis rapidement à m’inviter à leurs soirées d’humour. Si un humoriste de la relève t’invite, c’est parce qu’il t’aime. »

Qu’est-ce que le fait de côtoyer cette nouvelle génération a changé pour toi ?

« Pour accoter les jeunes, je dois maintenant travailler deux fois plus fort pour arriver au même résultat ! (rires) Les soirées d’humour ont tout changé, ces dernières années. Je pense que j’ai fait toutes celles à Montréal, que ce soit le Bordel, le Brouhaha, Homa fait rire, Le Terminal et j’en passe. Il y a quelques jours, j’ai fait six fois mon numéro dans la même soirée. Avant, ça m’aurait pris deux ou trois semaines pour faire la même chose. »


Martin Petit à 107 000 km/h sera présenté les 15, 18 et 19 octobre, à l’Olympia de Montréal, ainsi que le 11 novembre à la Salle Albert-­Rousseau de Québec. Pour les détails : martinpetit.com.

La suite des Pêcheurs

Martin Petit a mis fin à sa série Les Pêcheurs en décembre 2017, au terme de cinq saisons. Mais le projet n’est pas mort pour autant puisqu’une adaptation pourrait bien voir le jour aux États-Unis.

« Il y a du monde qui travaille à Los Angeles pour l’adaptation, indique Martin Petit. Je pourrais recevoir un appel qui pourrait se concrétiser. Le projet intéresse beaucoup et se promène beaucoup. Il y a beaucoup d’humoristes et de scénaristes qui le regardent. »

Les commentaires positifs ont été nombreux envers cette création québécoise. « Les gens me parlent beaucoup de l’originalité des scénarios, du concept », indique l’humoriste.

Martin Petit a un agent à Los Angeles qui travaille à bien mener ce projet à terme. « Mais ça ne marche tellement pas comme ici, précise-t-il. C’est un autre monde, là-bas. Eux, ils peuvent se permettre de prendre leur temps pour développer une idée. Environ 85 % des émissions pilotes là-bas ne se ramassent pas en ondes. Nous, 100 % des pilotes se ramassent en ondes ! On n’a pas d’argent pour en perdre. »

Sur scène

Avant de voir une éventuelle adaptation américaine au petit écran, on pourra se rabattre sur Les Pêcheurs, en version scénique, cet été, dans le cadre du Grand Montréal Comique, qui sera présenté du 22 juin au 7 juillet. « Je vais les faire revivre sur scène, confirme l’humoriste. Ça fait longtemps qu’on ne l’a pas fait. C’est né comme ça. On revient à l’origine ! »

Martin Petit n’écarte pas non plus l’idée de faire un film avec Les ­Pêcheurs. « Beaucoup de gens me le ­demandent, dit-il. Ça pourrait être drôle. Quand je vais me sortir de mon mode stand-up, je vais peut-être me remettre en mode scénarisation. C’est toujours possible. Mon prochain projet sera probablement la télé ou le cinéma. Les idées ne manquent pas. C’est le temps qui manque ! »