/sports/soccer
Navigation

Soccer professionnel: des jumelles de Stoneham parmi l’élite finlandaise

Elles joueront avec un club professionnel du meilleur circuit du pays

Levasseur stoneham
Photo courtoisie Les soeurs Marie et Catherine Levasseur ont disputé ensemble leurs quatre saisons chez les Tigers de Memphis, dans la NCAA.

Coup d'oeil sur cet article

Les jumelles Marie et Catherine Levasseur partageront un nouveau chapitre ensemble sur le terrain. Après quatre ans au sein du programme de soccer des Tigers de l’Université Memphis, les soeurs de Stoneham se retrouveront à Oulu, en Finlande, pour leurs débuts professionnels dans le plus important circuit de ce pays scandinave.

La nouvelle est tombée en début de semaine : à l’issue de l’obtention de son diplôme en communications et en journalisme, au mois de mai, Catherine rejoindra sa sœur, qui a disputé les trois premiers matchs de la saison avec sa nouvelle équipe dans les dernières semaines.

Marie, attaquante vedette des Tigers pendant son séjour de quatre ans dans la NCAA, où elle a notamment été élue trois fois sur la première équipe d’étoiles de la conférence All-AAC tout en guidant son club à un premier titre de conférence, a fortement contribué à ce que sa sœur paraphe à son tour une entente avec la formation d’Oulu Nice.

« Je savais que je devais finir mes études avant de partir. Il n’y avait pas beaucoup d’équipes prêtes à attendre [...] Marie m’a appelée à un moment donné pour me dire que son coach lui avait parlé de moi. Il croyait que je pouvais être un bon ajout pour l’équipe. Ensuite, tout s’est fait vraiment vite », a expliqué la milieu de terrain de 21 ans en entrevue téléphonique.

Expérience unique

Jointe en Finlande par Le Journal, Marie trépigne d’impatience de voir débarquer sa frangine. La Québécoise est présentement la seule internationale du club, vivant seule dans une « grande maison » louée par l’organisation. Ses coéquipières s’expriment en anglais, ce qui a facilité son adaptation.

« Ça va me faire de la compagnie ! De savoir que ma sœur va venir avec nous, c’est encore mieux. Je sais qu’elle aura un bon impact sur l’équipe. Il y a eu des blessures chez les milieux de terrain, et elle sera grandement appréciée », a-t-elle souligné à la veille du troisième match d’une campagne qui s’étirera jusqu’à l’automne.

Oulu est située à quelque 600 km au nord de la capitale Helsinki, le long du golfe de Botnie. Elle est considérée comme la quatrième ville en importance du pays. La résidente temporaire mord à pleines dents dans sa nouvelle vie.

« J’adore ça jusqu’à maintenant. L’équipe a été accueillante. Ils m’ont prise sous leur aile, fait visiter la ville, arrangé la paperasse, bref, plein d’affaires. Ils m’ont donné un vélo pour que je sois capable de voyager. Il me restait des heures à faire pour mon stage et j’ai pu travailler avec le physiothérapeute pour mon stage. Ils m’ont aidée là-dedans.

« Puis, les filles sont vraiment gentilles, mais le finnois est vraiment dur à comprendre et à parler. J’essaie d’apprendre des mots. Dans les réunions, le coach parle en finnois et il y a quelqu’un à côté de moi qui m’aide à traduire », a raconté celle qui a étudié la science du sport.

Marie et Catherine ont reçu la visite de leurs parents Pauline Fournier Marc Levasseur à leur dernier match universitaire en carrière, l’automne dernier, à l’occasion d’une journée spéciale consacrée aux joueuses seniors.
Photo courtoisie
Marie et Catherine ont reçu la visite de leurs parents Pauline Fournier Marc Levasseur à leur dernier match universitaire en carrière, l’automne dernier, à l’occasion d’une journée spéciale consacrée aux joueuses seniors.

Relation spéciale

Foi de Catherine, les deux anciennes du club de la Haute-Sainte-Charles se sont toujours bien entendues, sur la surface gazonnée comme dans la vie quotidienne.

« Marie et moi, on a vraiment tout fait ensemble. Les gens vont peut-être penser qu’on va se taper sur les nerfs, mais on ne s’écœure pas assez, du moins, pas trop ! On est deux joueuses qui se complètent vraiment bien. C’est excitant. »

Elle s’attend à voir beaucoup d’action

Si la présence de sa sœur a influencé le choix de Catherine Levasseur de se tourner vers le club de Oulu, c’est aussi parce qu’elle aura la chance de se faire valoir auprès des entraîneurs qu’elle a accepté l’offre de contrat.

« Je m’attends à avoir beaucoup de temps de jeu. L’une des raisons pour lesquelles le coach s’est intéressé à moi, c’est en raison des blessures à des milieux de terrain. Ils ont un effectif plus petit qu’avant. Je m’attends à arriver là-bas et à avoir du temps de jeu. Je suis très compétitive, je n’irais pas là en sachant que je ne jouerais pas », a répondu la Québécoise.

Embauchée avant le début de la saison, Marie Levasseur a été témoin des trois défaites des siennes en autant de matchs jusqu’ici, dont celle de samedi où elle a marqué deux buts. Dix clubs forment le Championnat de soccer féminin finlandais.

Des ajustements

N’empêche qu’elle a constaté que les systèmes de jeu étaient différents de ce à quoi elle était habituée en sol nord-américain.

« J’ai essayé de comprendre leur façon de jouer. Pour le niveau, la plupart des filles sont vraiment jeunes et sont plus techniques que moi, mais sur le plan tactique, elles ne sont pas à mon niveau. Il faut s’ajuster et s’apprivoiser. Ça demande une adaptation. Cela dit, dans ma carrière, j’ai joué dans des niveaux très élevés », a mentionné l’ancienne membre de l’équipe canadienne aux Jeux panaméricains de 2015.

Sa sœur décidera après la saison si elle poursuit l’aventure au niveau professionnel.

« Ça va me donner une idée si je veux vraiment poursuivre. Je ne serais pas surprise si je décidais de continuer. Si tel est le cas, je devrai trouver un agent pour voir où je pourrais aller. »