/weekend
Navigation

Sébastien Potvin: Le jour et la nuit

Sébastien Potvin
Photo Agence QMI, Mario Beauregard Sébastien Potvin

Coup d'oeil sur cet article

Quand Sébastien Potvin a créé Barbada pour disputer une compétition de drag queens en 2005, il croyait qu’il s’agissait d’une expérience d’un soir. Mais 14 ans tard, sa colorée diva existe encore... et encore plus fort.

Professeur de musique au primaire, Sébastien Potvin revient d’un atelier de contes dans une garderie/prématernelle quand nous arrivons à son appartement, au cœur du Village gai à Montréal. Il avait été engagé – ou plutôt Barbada avait été engagée – pour raconter une histoire aux enfants de trois à six ans.

Sébastien Potvin
Photo Agence QMI, Mario Beauregard
Sébastien Potvin

C’est donc une diva jusqu’au bout des doigts, maquillée, coiffée, corsetée et parée de bijoux, qui nous ouvre la porte et nous fait visiter sa chambre transformée en loge en bonne et due forme, dans laquelle sont entreposés une bonne centaine de costumes flamboyants.

« Barbada, c’est Sébastien exposant 10, résume le jeune homme de 34 ans. C’est la même énergie, la même passion, le même humour, mais exagérés. Quand je suis en Barbada, je dis des choses que je n’oserais jamais dire en Sébastien. »

Depuis ce premier concours, la drag a pris tellement de place dans l’existence de Sébastien Potvin qu’il a récemment décidé de prendre un congé sabbatique pour pouvoir s’y consacrer à temps presque plein.

« Depuis 2011, ça m’occupe de quatre à six soirs par semaine. Les spectacles, les contrats, les bars... Avec l’école le jour, je n’y arrivais plus. L’énergie me manquait. Je n’ai plus 20 ans... même si j’en ai l’air ! »

Sébastien Potvin s’est dirigé vers l’enseignement après avoir passé plusieurs années au sein des cadets des Forces canadiennes.

Des ressemblances

Il voit plusieurs similitudes entre la drag et son occupation professionnelle. « Quand tu animes un spectacle, tu dois avoir beaucoup de répartie. C’est la même chose quand tu enseignes. Tu dois être réceptif, surtout au primaire. Tu dois aller les chercher et capter leur attention. »

Plus encore, le détenteur d’une maîtrise de l’Université du Québec à Montréal soutient qu’en classe, Barbada nourrit Sébastien et vice-versa.

« Quand tu animes un spectacle devant 300 personnes, ça aide ton niveau de confiance, le lendemain, quand tu donnes un cours à 20 ou 30 élèves. »

Sébastien Potvin, 34 ans

  • Professeur de jour
  • Drag queen de soir