/24m/urbanlife
Navigation

Le beau temps ne règle pas tout

Des commerçants ne voient pas d’embellie malgré le retour de la chaleur

Le beau temps ne règle pas tout
Photo Amélie St-Yves

Coup d'oeil sur cet article

Des commerçants de la rue Saint-Denis à Montréal sont heureux de voir le retour du beau temps, mais ne s’attendent pas à ce que le soleil fasse des miracles pour la vitalité économique de cette artère.

Vera Berenbaum et Douglas Hodgson profitaient hier du soleil à un café de l’avenue du Mont-Royal.
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Vera Berenbaum et Douglas Hodgson profitaient hier du soleil à un café de l’avenue du Mont-Royal.

 

Beau temps ou pas, la rue Saint-Denis n’est plus ce qu’elle était, selon des commerçants rencontrés samedi par l’Agence QMI.

« Le soleil est bienvenu. Ce qui serait encore mieux, ce serait une baisse de taxes municipales. Elles sont très élevées et notre achalandage, depuis trois ans, a baissé de 60 % », dit la copropriétaire de la boutique Jeune Amérique, Christiane Barré.

Le dernier hiver a été très tranquille pour sa boutique, mais c’est la baisse d’achalandage lors de la belle saison qui en menace désormais la pérennité.

Angélique Dhaze, Jean-Philippe Parent et leurs enfants Emilia et Sasha étaient bien heureux de bouger au parc Lafontaine.
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Angélique Dhaze, Jean-Philippe Parent et leurs enfants Emilia et Sasha étaient bien heureux de bouger au parc Lafontaine.

« Les gens ne viennent plus magasiner sur la rue Saint-Denis. On n’a plus de banlieusards, on n’a plus de touristes. On n’a que notre clientèle régulière, et ce n’est pas assez pour payer tout ce qu’on a à payer », explique-t-elle.

Cercle vicieux

Le propriétaire de Chez Dany Pizza, Dany Kaya, croit aussi que les taxes sont trop élevées pour l’achalandage et que cela entraîne la rue dans un cercle vicieux.

« Chaque jour, j’ai un maximum de cinq-six touristes. Pourquoi ? Tout est fermé », déplore-t-il.

Rajinder Chandel de la boutique Chandel est heureux de voir le mercure monter, mais croit lui aussi qu’il faut avoir les reins solides pour tenir sur la rue Saint-Denis.

« Il y a beaucoup de magasins qui sont vides. C’est à cause de la taxe foncière et de la taxe d’affaires. C’est trop cher, et il y a des gens qui ne sont pas capables de payer leur loyer », a-t-il dit.

Le commerçant Rajinder Chandel est heureux de voir le mercure monter, mais estime qu’il faut avoir les reins solides pour tenir sur la rue Saint-Denis.
Photo Agence QMI, Amélie St-Yves
Le commerçant Rajinder Chandel est heureux de voir le mercure monter, mais estime qu’il faut avoir les reins solides pour tenir sur la rue Saint-Denis.

L’hiver n’est pas fini

Une importante tempête printanière frappera le Québec dès ce soir. Certains secteurs pourraient recevoir jusqu’à 25 cm de neige et même de la pluie verglaçante.

Alors que le printemps semblait s’installer samedi, Environnement Canada a émis un avertissement pour plusieurs régions de la province. Des municipalités des hautes Laurentides et de Lanaudière, où les intempéries ont causé d’importantes coupures d’électricité au début de la semaine, pourraient notamment voir un mélange de pluie et de neige, avec de la pluie verglaçante.