/opinion/columnists
Navigation

Les musulmans du Québec

Coup d'oeil sur cet article

Il y aurait 200 000 musulmans au Québec. En majorité, ce sont des gens discrets qui parlent dans un français souvent plus soutenu que le nôtre. La grande majorité des femmes ne portent pas le voile et seule une minorité de la communauté fréquente la mosquée.

Le spectacle inimaginable, mis en scène par l’imam Adil Charkaoui et ses coreligionnaires fondamentalistes, qui s’est déroulé dimanche dernier dans les rues de Montréal aurait pu faire croire à un étranger qu’il se trouvait dans une théocratie musulmane. Les Québécois ont été sidérés, et pour cause.

Mais il est important de savoir que les manifestantes, quelques-unes en niqab, les autres en hijab, qui en brandissant leurs pancartes québécophobes défiaient les photographes qui les mitraillaient, et le discours vengeur des imams qui suscitait des « Allah akbar » de la foule ont bouleversé, choqué et terrifié la majorité musulmane venue au Québec y chercher paix et liberté.

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Tolérance

Ces musulmans ont fui ce que la rue affichait dimanche. Ce sont des Québécois heureux de vivre parmi nous. Ils apprécient notre ouverture, notre sens de la tolérance et notre manière d’entrer en relation avec eux.

Plusieurs avouent même nous trouver trop gentils, parfois naïfs. Car ces musulmans, qui font cependant profil bas, ont souvent vécu une expérience douloureuse dans leur pays d’origine. Les femmes en particulier. Des femmes intelligentes, courageuses, instruites et vaillantes.

Depuis le 11 septembre 2001, la vie des musulmans n’est pas de tout repos, pour employer un euphémisme. C’est sans doute ce qui explique pourquoi les membres de cette communauté osent rarement prendre la parole pour dénoncer les exactions faites en leur nom. Et l’amalgame fait par trop de personnes emprisonne en quelque sorte nos musulmans.

Certains s’exposent. Avec lucidité et courage, ils dénoncent les islamistes et font œuvre pédagogique en déconstruisant leurs discours sur les femmes, inférieures à leurs yeux, en fait et en droit. Ces musulmans sont les alliés des Québécois dans leur affirmation identitaire. Les Nadia El-Mabrouk, Djemila Benhabib, Fatima Houda-Pepin, Leila Lesbet et tous les autres qui militent en faveur de la laïcité québécoise et qui sont aussi gens de liberté et de courage. Les musulmans fondamentalistes qui insultent la majorité québécoise traitent aussi les musulmans modérés avec mépris et dédain. Ils les considèrent comme des ennemis à terrasser.

Secousses

Le projet de loi sur la laïcité secoue à vrai dire la « maison » québécoise. D’une certaine manière, de façon plus violente qu’au moment des référendums. Sans doute parce que les opposants les plus virulents, c’est-à-dire tous les fondamentalistes religieux, savent que le projet de loi sera adopté.

Et si tel est le cas, le Québec s’éloignera du rêve multiculturel si cher à Trudeau et aux défenseurs acharnés des revendications minoritaires, de quelque nature qu’elles soient.

Les musulmans du Québec ne doivent en aucune façon être confondus avec les fondamentalistes, car ces derniers ne représentent aucunement la majorité, et même, la traitent d’impie.

La majorité de la communauté musulmane du Québec nous respecte. Elle est notre alliée et notre amie. Qu’elle le sache.