/sports/fighting
Navigation

Dicaire a le dernier mot sur Lauren

La Québécoise demeure championne du monde IBF des super-moyennes

Coup d'oeil sur cet article

Marie-Ève Dicaire a conservé son titre mondial IBF des super-moyennes grâce à une performance solide contre Mikaela Lauren, samedi soir, au Casino de Montréal.

Comme c’est son habitude depuis le début de sa carrière, la Québécoise (15-0) l’a emporté par décision unanime des juges (97-93, 98-92 et 99-91).

« Je suis extrêmement fière et j’ai encore beaucoup appris, a souligné Dicaire. J’ai encore fait de petites erreurs et ça s’est passé comme on voulait.

«Je n’ai pas de limite pour ce qui s’en vient.»

Lors des trois premiers rounds, on a senti de la nervosité chez Dicaire. Lauren (31-6, 13 K.-O.) en a profité pour la connecter à au moins deux reprises. La boxeuse de GYM n’a pas été ébranlée, mais ces deux coups l’ont fait réfléchir pour la suite des autres rounds.

Par la suite, Dicaire s’est ajustée et elle a pris le contrôle du combat comme l’avait fait B.J. Saunders avec David Lemieux en 2017. Elle a utilisé son jab à outrance pour empêcher que Lauren puisse utiliser sa puissance.

La Suédoise a tenté de revenir dans le combat au septième assaut avec quelques attaques plus incisives, mais Dicaire avait les réponses avec sa défensive et son jeu de jambes.

Facile pour Théroux

En demi-finale, David Théroux (16-3, 11 K.-O.) a battu le Mexicain Juan Daniel Bedolla Orozco (19-9-2, 14 K.-O.) par décision unanime (80-72 x 3). Le Québécois a dominé d’un bout à l’autre.

Il a frappé son adversaire solidement, mais celui-ci n’est pas tombé.

«Je m’attendais à ce que ce soit un opposant coriace, a indiqué Théroux. J’ai lancé des bons coups au corps, mais il a tout pris. Je lui ai fait mal au cinquième et sixième round. Pour la suite, je veux continuer de demeurer actif et de monter dans les classements.

Avant le duel de Théroux, Terry Osias (8-0, 4 K.-O.) a dominé son adversaire du début à la fin de son duel. L’arbitre Martin Forest a mis fin aux hostilités à 0:52 du sixième round alors que Juan Cruz Correa (4-2-1) ne se défendait plus devant les nombreuses attaques du boxeur de Longueuil.

Pellerin anime la foule

Yan Pellerin (6-1, 2 K.-O) a réveillé une foule plutôt tranquille depuis le début de la soirée avec un combat très ouvert contre Eduardo Valencia Aguilar (2-2, 2 K.-O). Le boxeur de Granby a eu le dessus en l’emportant par décision unanime.

Pellerin a eu le sourire pendant et après sa victoire. Il n’a pas été inquiété malgré plusieurs échanges musclés avec Aguilar.

Mazlum Akdeniz (9-0, 4 K.-O.) a vaincu le Mexicain Jose Guillermo Garcia (9-6-1, 5 K.-O.) par décision unanime (80-72 x 3). Il n’a eu aucune difficulté à solutionner son adversaire, mais il n’a pas été en mesure de l’envoyer au tapis.

En ouverture de gala, Diizzon Belfon (2-0, 2 K.-O.) l’a emporté par knock-out technique dès le deuxième round devant le Mexicain Gerardo Aldama (1-3). Belfon a pris quelques secondes à s’ajuster avant de placer ses coups de puissance. Il a mis fin au combat avec une belle combinaison.

Baxter évite les questions

Rencontré sur le plancher, le promoteur ontarien Lee Baxter a décidé de ne pas répondre aux questions du représentant du Journal de Montréal au sujet de Custio Clayton (16-0, 11 K.-O.).

Même s’il était au cœur d’une dispute contractuelle avec Eye of the Tiger Management (EOTTM), Clayton s’est battu sur une carte de Baxter, le 29 mars dernier, à Toronto. Toutefois, Camille Estephan ne s’est pas opposé à ce combat.

«Vous pouvez écrire ce que vous voulez, mais je ne commenterai pas», a répondu Baxter sèchement.

Pendant ce temps, un boxeur québécois s’est démarqué lors d’un tournoi amateur. Thomas Chabot a remporté les honneurs du tournoi New York amateur boxing championship (NYABC) dans la catégorie des 141 lb. En finale, la fierté de Thetford Mines a battu Brandon Idrogo par décision unanime.