/portemonnaie/job
Navigation

La double vie de Stephen Voyce : geek informatique et crooner r&b

Coup d'oeil sur cet article

On dit que pour obtenir du succès professionnel ou artistique, on ne doit choisir qu’une seule voie et s’y dédier corps et âme, sans faire de compromis.

Le Montréalais Stephen Voyce veut être l’exception à la règle. De 9 à 5, l’ingénieur de formation occupe un poste en informatique dont le titre est un charabia contenant des mots tous plus geek les uns que les autres. Le soir venu, le nerd se métamorphose en musicien, en réalisateur, en scénariste et en acteur.

Crédit : Daria Chilli

On croirait que l’énergumène vit dans un univers où les journées ont 48 heures.

«Tu connais l’expression “jack of all trades, master of none”? (compétent dans tout, mais excellent dans rien) Eh ben, je crois que c’est de la bullshit. J’adore ma double vie de Bruce Wayne et Batman. Je vais à fond dans tout ce que j’entreprends.»  

Un geek à la conquête des palmarès internationaux

L’irrésistible morceau «Summer Lust» a permis de créer un buzz l’an dernier, mais 2019 s’annonce prometteur pour le musicien aux influences soul, pop et r&b. Avec son récent single «Tap your feet», il ne vise rien de moins que le succès international. Il s’apprête à lancer son premier album et prépare des collaborations avec de grosses pointures de l’industrie.

Stephen ne se prédestinait pourtant pas à s’époumoner sur scène et faire bouger les foules.

Crédit : The UN KNOWN

«Pour mes parents nigériens, une carrière en dehors d’un domaine traditionnel, comme la science ou le droit, c’était impensable. Puis j’ai toujours été un geek techno, c’était donc normal pour moi de me diriger vers l’informatique.»

C’est pendant ses études qu’il a entrepris d’explorer son côté créatif, question de passer le temps. Il a monté un studio et s’est mis à composer. L’autodidacte a vite constaté qu’au fond, «la musique, c’est des mathématiques et de la science dans lesquelles on injecte de l’émotion.»

Mais au décès de sa mère, une grande mélomane, il est devenu thérapeutique, voire vital, pour Stephen d’exorciser sa douleur par la chanson. Le hobby s’est alors transformé en vocation.

Crédit : Olivier Lefebvre

Un train de vie exigeant

Pour réussir ce jonglage impressionnant, Stephen a développé un strict régime de vie.

«J’ai arrêté de faire le party et de boire. Je m’entraine régulièrement. Je surveille mon alimentation. Je prends le temps de décrocher et de me ressourcer aussi. Je dois être présent mentalement et physiquement à 100%. C’est une question de momentum, plus tu le fais, plus c’est facile.»

Crédit : Nir Guzinski

Il a également compris l’importance de bien s’entourer.

«Avant, j’étais très résistant et je me battais pour ma vision artistique. J’écoute encore mes tripes et je ne ferai jamais quelque chose qui va à l’encontre de mes valeurs. Mais je reconnais que j’ai besoin des autres pour m’amener plus loin. Si je n'avais pas rencontré Fayçal Hajji (son gérant), j'aurais peut-être pas osé viser le succès mainstream

courtoisie Stephen Voyce

Je finis notre entretien en lui demandant si on doit lui souhaiter de ne plus être un informaticien à temps plein bientôt.

«Maintenant que le côté musical va super bien, et que j’obtiens plus de rôles en plus de réaliser des trucs, je devrai sûrement sacrifier ma job qui me paye très bien. C’est grâce à elle que j’ai pu tout financer. Mais si jamais ma carrière d’artiste tombe à plat, je ne verrai pas ça comme un échec de retourner à mes premiers amours.»  

Crédit : FH Studio

 


Stephen Voyce est sur Instagram et sur Facebook. Sa musique est disponible sur Spotify et Apple Music.

Il a récemment publié un mini-documentaire sur la production de sa plus récente chanson.

 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux