/lifestyle/columnists
Navigation

Merci à MA dépression: deuxième partie

Coup d'oeil sur cet article

Pour poursuivre mon récit, j’ai passé plusieurs mois à vomir concrètement mon ancienne vie, couchée sur la céramique froide de la salle de bain, aidée de mon fils qui m’essuyait le front et le visage. J’en étais malheureusement rendue là, moi la lionne !
 
Puis les jours, les semaines et les mois ont passé. J’ai travaillé fort sur moi-même. J’ai accepté mes faiblesses. J’ai appris à accepter de recevoir de l’aide et à verbaliser mes émotions. J’ai surtout appris à me laisser aimer tout simplement et à voir la maladie mentale comme faisant partie de ma vie. OUF ! Ce fut d’ailleurs mon plus gros défi à relever pour procéder à ma renaissance.
 
Les trois premières années de ma nouvelle vie ont été difficiles, très difficiles même. Mais aujourd’hui, chaque pas en avant est une victoire. Je peux regarder plus loin avec le regard lumineux et rempli de gratitude car je sais ce que je veux et ce que je ne veux plus. Je me suis libérée de ma dépendance aux médicaments et j’ai même réussi à me libérer des personnes toxiques en acceptant de ne plus voir des gens que j’aimais pourtant profondément. J’ai compris qu’il faut parfois renoncer pour mieux avancer. Même si ça fait mal, c’est nécessaire et libérateur.
 
Si j’accepte de témoigner, c’est simplement pour vous dire que NON, vous n’êtes pas faible, si vous vous sentez comme je me sentais un certain jour de janvier 2016. Vous n’êtes pas faible, vous êtes juste humain. Faites-vous le cadeau de vous donner une deuxième chance. Choisissez-vous en vous mettant en harmonie avec vos valeurs profondes. Moi seule pouvais décider de la suite à donner à ma vie. Aujourd’hui je peux dire sans honte que je suis fière de moi parce que je suis simplement humaine.
 
Anonyme
 
Bravo pour avoir su transcender la peur d’être stigmatisée par un diagnostic de dépression, malheureusement trop fréquente encore de nos jours. Cela quand on sait que c’est une maladie courante, puisqu’un Canadien sur dix risque d’en être victime au cours de sa vie et qu’il existe de nombreux traitements efficaces pour la soigner et en guérir.
 
Plus on en parlera sans tabou, plus grandes seront les chances des personnes atteintes de chercher l’origine de leur mal être et de prendre les moyens pour s’en sortir et adopter de nouvelles habitudes de vie plus propices à favoriser leur santé mentale et physique si on se fie à la définition qu’on en donne dans le monde médical: «  La dépression est un état de privation d’énergie s’accompagnant d’un fléchissement du tonus neuropsychique et d’un ralentissement psychomoteur ».