/finance/business
Navigation

Hydro-Québec: 460 M$ engloutis dans trois petites centrales

Hydro-Québec va débourser pas moins de 460 millions de dollars pour de l’électricité dont elle n’a pas besoin

GEN-VAL-JALBERT
Photo d’archives, Agence QMI En 2013, alors qu’il était dans l’opposition, François Legault a fait campagne pour l’abandon des projets de petites centrales, notamment celui de Val-Jalbert, au Lac-Saint-Jean. Il s’était même allié à Amir Khadir, alors député de QS.

Coup d'oeil sur cet article

 Malgré d’importants surplus énergétiques, Hydro-Québec prévoit acheter pour 460 millions $ d’électricité (avec frais de branchement) dans trois nouveaux projets de petites centrales hydro-électriques.  

 Ces nouveaux projets iront de l’avant alors que le premier ministre François Legault avait pourtant dit mettre un frein en novembre dernier à tout nouveau développement énergétique au Québec.  

 En raison d’importants surplus énergétiques, Hydro-Québec a déversé l’équivalent de 10 térawattheures (TWh) d’eau de ses grands réservoirs l’an dernier. Une perte de revenus potentiels estimés à plus de 700 millions $.  

 Le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) a d’ailleurs refusé d’aller de l’avant avec le projet éolien Apuat sur la Côte-Nord (200 MW) pour cette raison.  

 Or, il y a à peine deux mois, Hydro-Québec a pourtant donné le feu vert à un projet de petite centrale hydro-électrique au nord de La Tuque, en Haute-Mauricie.  

 Le projet Manouane Sipi de 22 mégawatts (MW) coûtera plus de 227 millions de dollars à Hydro-Québec sur 20 ans, selon les termes des contrats signés et les calculs effectués par Le Journal.  

 Le projet, qui aurait pu être annulé par Hydro-Québec, n’a jamais fait l’objet d’une révision.  

 En 2013, alors dans l’opposition, le chef de la CAQ avait même fait campagne avec Amir Khadir de Québec solidaire pour stopper les projets de petites centrales, dont celui à Val-Jalbert.  

 «Un projet où l’on donne une subvention pour une centrale qui ne sera pas rentable », tonnait alors François Legault.  

 Opposition  

 «C’est un projet qui n’a aucun sens. Au point de vue environnemental, ce sera tout un saccage de cette rivière pour de l’électricité dont on n’a pas besoin», dénonce le président de la Fondation Rivières, Alain Saladzius.  

 Selon ce dernier, la société d’État perdra pas moins de 8 millions de dollars par année avec le projet de Manouane Sipi alors que les promoteurs, dont Kruger Énergie, la communauté Wemotaci et la Ville de La Tuque, rafleront la mise.  

 La Ville de La Tuque fait d’ailleurs miroiter des revenus potentiels de 60 millions $ sur 40 ans à ses citoyens alors que le contrat n’est que de 20 ans, dénonce la Fondation Rivières.  

 «On est d’avis que le gouvernement de la CAQ prépare le terrain pour de nouveaux projets de petites centrales un peu partout au Québec», fait valoir Alain Saladzius.  

 La Côte-Nord aussi  

 Sur la Côte-Nord, deux autres projets de petites centrales verront également le jour sur la rivière Sault-aux-Cochons. Les projets Chute Six Milles et Chute Quatre Milles sont également dans les plans d’Hydro-Québec. Des annonces pourraient avoir lieu prochainement avec les promoteurs, soit la communauté innue de Pessamit.  

 Ces projets de petites centrales d’une puissance totale de près de 19 MW coûteront à Hydro-Québec plus de 206 millions $ sur 20 ans.  

 Pas le choix  

 Hydro-Québec soutient que ces trois projets iront de l’avant quoi qu’il advienne. Ces projets découlent d’un programme d’achat d’électricité lancé en 2009 par le gouvernement dans une perspective de développement régional.  

 «Des avis d’acceptation des projets ont été émis, et dans ce contexte, Hydro-Québec a l’obligation de respecter les engagements pris dans le cadre de ce programme», a indiqué vendredi un porte-parole d’Hydro-Québec, Marc-Antoine Pouliot.  

 –Avec la collaboration de Marie-Christine Trottier  

 Projet Chute Quatre Milles    

  •  Date d’entrée en service : Inconnue  
  •  Puissance : 5,5 mégawatts  
  •  Promoteurs : Innus de Pessamit  
  •  Coûts sur 20 ans : 65,5 millions $  
  •  Frais de branchement : 8,2 millions $  
  •  Prix de départ (avant indexation) : 8,6 cents du kWh   

 Projet Chute Six Milles    

  •  Date d’entrée en service : Inconnue  
  •  Puissance : 13,2 mégawatts  
  •  Promoteurs : Innus de Pessamit  
  •  Coûts sur 20 ans : 141,1 millions $  
  •  Frais de branchement : 3,4 millions $  
  •  Prix de départ (avant indexation) : 8,6 cents du kWh   

 Projet Manouane Sipi    

  •  Entrée en service : 2024  
  •  Puissance : 22 mégawatts  
  •  Promoteurs : Kruger Énergie, communauté de Wemotaci et Ville de La Tuque  
  •  Coûts sur 20 ans : 227,5 millions $  
  •  Frais de branchement : 13,7 millions $  
  •  Prix de départ (avant indexation) : 8,6 cents du kWh   

 Un dossier controversé en 5 dates  

 Avril 2009  

 Décret du gouvernement de Jean Charest pour qu’Hydro-Québec achète des blocs de 50 MW à de petits producteurs d’énergie.  

 Février 2013  

 Le gouvernement de Pauline Marois met fin au programme de minicentrales et annule 5 projets, dont celui de Manouane Sipi.  

 Mai 2014  

 Fraîchement élu, le premier ministre Philippe Couillard annonce le retour du programme des minicentrales.  

 Novembre 2018  

 Le premier ministre François Legault annonce son intention de résilier 12 projets énergétiques qu’il juge «inutiles», en réaction à un article du Journal portant sur les coûts associés à ces contrats.  

 Février 2019  

 Hydro-Québec signe le contrat du projet de Manouane Sipi, le seul projet qui n’avait pas encore de contrat formel.