/sports/fighting
Navigation

Montréal, ville de lutte modèle

Montréal, ville de lutte modèle
Photo d'Archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Quand la World Wrestling Entertainment (WWE) est de passage à Montréal, le Québécois Kevin Owens a le bonheur de faire ses prouesses dans le ring devant ses proches, en plus de montrer à la planète à quel point la métropole québécoise est friande de lutte.

«C’est "trippant" de donner cette vitrine aux amateurs de lutte de Montréal. La foule est toujours spéciale», a dit le lutteur, dont le vrai nom est Kevin Steen, en entrevue à l’Agence QMI avant la présentation de «RAW», lundi au Centre Bell. Un gala «SmackDown Live» aura aussi lieu mardi au domicile du Canadien.

«Quand les galas d’ici sont télévisés, ça permet de donner l’exemple sur la façon de se comporter pendant un spectacle et de montrer c’est quoi, avoir du plaisir durant un gala de lutte», a-t-il ajouté.

«Un "show" comme "RAW" dure trois heures. Ça peut être long, a expliqué l’athlète originaire de Marieville. Toutefois, la foule de Montréal ne se fatigue pas. Elle est prête à faire du bruit du début à la fin. C’est le genre de chose qu’on ne voit pas toutes les semaines.»

Montréal, ville de lutte modèle
Photo d'archives, Agence QMI

Dur retour

Owens est récemment revenu dans le giron de la WWE après une absence de cinq mois en raison d’opérations aux genoux.

Il a effectué son retour avant WrestleMania 35, qui a eu lieu le 7 avril au MetLife Stadium au New Jersey, mais n’a tout de même pas obtenu une place dans la carte du prestigieux événement. Rater la grand-messe de la lutte a d’ailleurs fait mal à Owens.

«C’était vraiment difficile à accepter, a-t-il reconnu. Je suis revenu de ma blessure quelques semaines avant et WrestleMania est un peu l’apogée de toutes les histoires racontées pendant l’année. Le fait d’avoir été absent pendant cinq moins ne m’a probablement pas aidé.»

«C’est chose du passé et je peux maintenant travailler pour être sûr d’y être l’an prochain, a-t-il poursuivi. Et cela m’a vraiment aidé de savoir que nous venions à Montréal une semaine après WrestleMania.»

En plus de Kevin Owens, les amateurs de lutte du Québec pourront voir un autre des leurs en action, puisque le Montréalais Sami Zayn est lui aussi de retour après avoir soigné des blessures aux épaules.

Montréal, ville de lutte modèle
Photo d'archives, Agence QMI

Pause bénéfique

Si Owens aurait voulu être de la fête le 7 avril, sa convalescence lui a fait le plus grand bien.

«J’avais besoin de cette pause physiquement, pour mes genoux, mais aussi mentalement, a-t-il indiqué. J’ai pu passer du temps avec ma femme et mes enfants sans être interrompu après deux ou trois jours pour retourner sur la route. Cela faisait quatre ans que je participais aux événements de la WWE sans arrêt. Ç’a été un peu dur de recommencer, mais c’est ma passion.»

D’ailleurs, cette pause n’a certainement pas éteint le feu qui brûle à l’intérieur du Québécois.

«Je veux être dans les matchs principaux, a-t-il lancé. Ce n’est rien de nouveau pour moi. J’ai passé plusieurs années au sommet et je veux y retourner.»