/news/currentevents
Navigation

Notre-Dame de Paris, une église qui a survécu à 850 ans d’épreuves

Elle a notamment passé à travers deux Guerres mondiales

Une vue de l’entrée de Notre-Dame de Paris dans la nuit de lundi alors que le feu ravageait toujours la célèbre cathédrale. On aperçoit une partie de la structure épargnée.
Photo Reuters Une vue de l’entrée de Notre-Dame de Paris dans la nuit de lundi alors que le feu ravageait toujours la célèbre cathédrale. On aperçoit une partie de la structure épargnée.

Coup d'oeil sur cet article

C’est un incendie possiblement accidentel causé par des travaux qui aura eu raison de Notre-Dame de Paris, qui avait pourtant survécu à plusieurs obstacles au cours de sa riche histoire.

En plus de huit siècles, Notre-Dame de Paris aura traversé plusieurs épreuves qui auraient pu marquer sa mort bien avant le feu de lundi.

Pillée et vandalisée en pleine Révolution, l’église a d’abord perdu sa vocation durant quelques années entre 1793 et 1802.

Vue comme un haut lieu du pouvoir, des statues installées à l’entrée du lieu de culte avaient notamment été décapitées avant que la cathédrale ne soit transformée en « Temple de la Raison » par les révolutionnaires.

Dépouillée de ses trésors et œuvres d’art, elle a ensuite servi d’entrepôt où étaient rangés les vins de la république. Napoléon a rétabli la vocation du bâtiment après la Révolution.

En piteux état, même sous la menace d’une démolition complète, c’est l’impact du roman Notre-Dame de Paris de Victor Hugo qui sauvera l’édifice, sensibilisant les Parisiens au joyau qu’ils avaient entre les mains.

La cathédrale aurait bien pu y passer en 1871, prise d’assaut par des émeutiers de la Commune de Paris, une insurrection contre l’État.

Des bancs et des chaises ont alors été incendiés, mais le tout fut maîtrisé rapidement.

Une miraculée

Par la suite, contrairement à d’autres monuments historiques, Notre-Dame survécut admirablement aux deux Guerres mondiales, lors desquelles la France fut un théâtre actif de combats.

La cathédrale de Reims, située à deux heures de Paris, a d’ailleurs été détruite lors de la Première Guerre mondiale, faisant dire à certains que Notre-Dame de Paris était une « miraculée ».

C’est pourquoi Monseigneur Christian Lépine, archevêque de Montréal, n’hésite pas à la qualifier de « figure d’espérance ».

« Elle était bâtie pour défier le temps », soutient Dinu Bumbaru, d’Héritage Montréal. - Avec Hugo Duchaine

Quelques dates importantes

  • 1163 | Pose de la première pierre en présence du pape Alexandre III.
  • 1345 | Fin de la construction, bien que la cathédrale sera modifiée et rénovée constamment.
  • 1801 | Napoléon redonne Notre-Dame au culte catholique et commande des rénovations pour son sacre d’empereur.
  • 1844-1864 | Une restauration majeure, demandée par le roi Louis Philippe, est mise en place à la suite du succès de Notre-Dame de Paris de Victor Hugo.
  • 1993-2002 | Notre-Dame de Paris se paie un grand nettoyage au laser, lui rendant son éclat.