/news/health
Navigation

Appels de détresse: la ministre McCann demande au réseau d’intervenir

Appels de détresse: la ministre McCann demande au réseau d’intervenir
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

 QUÉBEC – La ministre de la Santé, Danielle McCann, appelle les établissements de santé à traiter avec diligence les appels de détresse de personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale comme Émilie Houle, dont le suicide atterre le Québec.  

 «Dès maintenant, nous demandons aux établissements de faire un suivi auprès de la clientèle qui est actuellement en attente de services en santé mentale», a indiqué la ministre McCann, lors de la période de questions, mardi, à l’Assemblée nationale.   

 La ministre n’a cependant pas précisé ce qu’elle entendait précisément par ce «suivi», se contentant d’indiquer que la santé mentale est une «priorité nationale».   

 La mort d’Émilie Houle, survenue à la fin du mois de mars, attriste le Québec depuis que sa lettre de suicide a été partagée par son cousin, sur les réseaux sociaux, dimanche. Dans sa lettre, l’infirmière de 23 ans précise avoir tenté d’obtenir de l’aide psychologique en se rendant à l’urgence, où on lui aurait indiqué qu’elle «ne nécessitait pas d’hospitalisation».   

 Questionnée par la libérale Hélène David sur ce qu’elle comptait faire pour aider les Québécois aux prises avec des problèmes de santé mentale, la ministre McCann a dit «travailler à des mesures importantes» qui seront «déployées dans les prochaines semaines, les prochains mois».   

 «Il faut absolument que les problèmes de santé mentale soient traités de la même façon que n'importe quel autre problème en santé», a-t-elle dit.   

 Danielle McCann a aussi rappelé qu’un forum aura lieu en mai sur la question et qu’une «réforme importante des guichets d’accès en santé mentale» sera réalisée.   

 Pour sa part, le ministre délégué à la Santé, Lionel Carmant, a indiqué que la situation qu’a vécue Émilie Houle était «inacceptable».