/lifestyle/beautyfashion
Navigation

Dans la garde-robe de... Karine Gonthier-Hyndman

Coup d'oeil sur cet article

Karine Gonthier-Hyndman ne tarit pas d’éloges lorsqu’elle me parle de Diana Taborsky, la propriétaire de la boutique Les Étoffes, située sur le boulevard Saint-Laurent, dans le Mile End.

« C’est un jour en faisant du lèche-vitrine que je suis entrée dans la boutique. Avant même de faire le tour, j’ai vu Diana et je me suis dit “je veux m’habiller comme elle”, sans même savoir que c’était sa boutique. Nous avons entamé une discussion, puis quelques jours avant Noël, je lui ai offert un pâté à la viande du Pied de Cochon et nous sommes devenus amies, et nous partageons un même style », se commémore-t-elle.

Les Étoffes est devenue sa destination shopping.

« Même quand je n’avais pas d’argent, je venais y flâner. J’aime la vision de Diana, car elle voyage et choisit des designers moins connus dont elle aime les créations et elle les propose en petites quantités. Quand j’achète une pièce chez elle, je sais qu’elle vient avec son sceau d’approbation. Ce sont des vêtements du quotidien qui sont un peu plus chers, mais qui vont traverser le temps, car ils sont à la fois classiques et singuliers », explique la comédienne.

Pendant l’échange, Karine me souligne l’importance des vêtements. « Ce que l’on porte est au cœur de notre identité. Je me questionne souvent sur qui je suis, ce que j’ai envie d’être et comment le traduire par le vêtement. Depuis cinq ans, Chanel Riopelle, ma styliste, a tracé cette évolution avec moi », précise-t-elle.

À l’image des looks présentés dans ces pages, le style de Karine est intemporel, structuré et sans frou-frou, tout en étant féminin.

« Je suis rarement sexy. Je porte très peu de décolletés, mais j’aime beaucoup les jupes courtes. Le mystère par le vêtement est plus payant que le vêtement qui dévoile tout », affirme-t-elle.

Tailleur, combinaison, trench, t-shirt, minijupe et jean, le tout pimenté de sa collection de bijoux en or, voici un passage en revue des musts de la comédienne.

► À l’agenda de Karine

  • Elle est de la distribution de Like-moi ! sur le Club illico.
  • Elle animera avec Guillaume Lambert Le Gala Artisans Québec Cinéma.
  • Elle sera de retour cet automne dans la série Les Invisibles à TVA.
Photo Chantal Poirier
  • Bague QUARRY
  • Trench Yune Ho
  • Jean COS
  • Bottillons MARYAM NASSIR ZADEH chez LES ÉTOFFES

« J’ai découvert il y a quelques années la griffe Yune Ho à la boutique Les Étoffes. Mon premier achat a été un gros pull en laine beige, que j’adore encore aujourd’hui. Cette saison, c’est ce trench. La coupe est magnifique, c’est d’ailleurs elle qui a dicté la pose pour cette photo. Il fallait présenter sa ligne trapèze », explique Karine.

Photo Chantal Poirier
  • Chandail capuchon CHAMPION
  • Jupe C/MEO COLLECTIVE
  • Bottillons MARYAM NASSIR ZADEH chez LES ÉTOFFES

« J’aime le look graphique de cet agencement, car les éléments ne matchent pas et c’est ce qui me plaît. Les blocs de couleurs, l’asymétrie et le mélange des styles avec d’énormes créoles », décrit la comédienne.

Photo Chantal Poirier
  • T-shirt OUR LEGACY
  • Tailleur YUNE HO chez LES ÉTOFFES
  • Bottillons L’INTERVALLE

« Voici un look qui me représente bien. Il est simple, tout en étant composé de belles pièces que je considère comme des investissements », partage l’actrice.

Photo Chantal Poirier
  • Lunettes MYKITA chez VOSKINS
  • Mules L’INTERVALLE
  • Sac PARTOEM

« C’est mon look pour accueillir le printemps. J’ai recyclé un chandail de Like-moi ! et un trench de Les Invisibles auxquels j’ai ajouté probablement mes trois accessoires préférés : mes lunettes indestructibles Mykita, mon sac adoré Partoem et mes mules en poils de L’intervalle. J’aime bien l’idée de porter des touches de fourrure l’été », dénombre Karine.

Photo Chantal Poirier
  • Combinaison ZARA
  • Bottillons L’INTERVALLE

« Les imprimés sont mes ennemis, sauf le léopard ! Cette combinaison est sexy et utilitaire.

C’est ma styliste qui me l’a offerte et je ne m’en sépare plus. Elle est épaisse et confortable. Je l’ai portée tout l’hiver », précise-t-elle.

Photo Chantal Poirier
  • Dormeuse PEARLS BEFORE SWINE
  • Bague d’oreille SASKIA DIEZ chez LES ÉTOFFES

« J’ai emprunté ­cette bague d’oreille pour ­compléter mon look des Prix Gémeaux en 2017. J’ai tellement ­exprimé à quel point je l’aimais que mon chum l’a achetée pour me l’offrir », raconte ­Karine.

4 questions mode à Karine

Parlez-moi de votre passion pour les bijoux ?

J’ai hérité de plusieurs bijoux de ma famille, ce sont des pièces en or qui proviennent du Gabon et du Maroc. Je porte aujourd’hui des pièces qui ont appartenu à ma grand-mère et à ma mère. Elles me plaisent beaucoup de par leur histoire, mais aussi, car ce sont de gros bijoux aux lignes simples. J’aime les mélanges inusités, particulièrement les boucles d’oreilles dépareillées. Je craque pour les bijoux funky ! Autant les bijoux sont une partie intégrante de mon style, mais il en est de même pour mon personnage dans Les Invisibles. Il arrive souvent que les gens m’écrivent pour savoir la marque des bijoux d’Alexandra.

Et de votre sac fétiche ?

Mon sac Partoem est merveilleux. Il est simple et bien fait. C’est presque du bricolage. Il n’a pas de couture, il est assemblé d’une seule pièce de cuir pliée et retenue de rivets. Ce travail vient évidemment avec un prix, qui vaut la peine. J’aime même fait graver mon nom sur le rabat. Je ne suis pas très tendance, par contre le modèle rouge m’a plu, car ma garde-robe est sobre et il est la touche de couleur.

Dans le quotidien, portez-vous attention à votre look ?

Cela dépend de ma journée. Mon idéal est un t-shirt, un jean et des lunettes solaires. Si j’ai une occasion, je vais prévoir et puiser dans mes classiques. J’ai accumulé de beaux morceaux au fil du temps, sans tomber dans la démesure. Ça me rend malheureuse d’avoir trop de choses. Je suis très simple dans mon habillement, d’où la beauté des accessoires, mais c’est réfléchi.

Pouvez-vous m’expliquer ?

Je mets du fric sur des vêtements qui ne vont pas accumuler la poussière. Je n’ai jamais acheté un morceau cher que je ne prévoyais pas porter souvent. Cela n’est qu’un des aspects de la consommation durable. On médiatise le compostage et le recyclage, mais cela comprend aussi où on achète et la quantité que l’on achète. Je ne veux pas être moralisatrice (car j’ai horreur quand on l’est avec moi), mais je tente d’être le plus responsable dans toutes les sphères de ma vie. Il s’agit de faire preuve de discernement.


Ses bonnes adresses

► Les Étoffes

lesetoffes.com

► Ssense

www.ssense.com

► Rooney

www.rooneyshop.com