/sports/hockey
Navigation

Le phénomène Marner

Les Maple Leafs auront un casse-tête financier à assembler à la fin de la saison

HKN-SPO-OTTAWA-SENATORS-V-TORONTO-MAPLE-LEAFS
Photo d'archives, AFP Mitchell Marner est un élément clé des Maple Leafs.

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Il y a Auston Matthews. Il y a John Tavares depuis le 1er juillet dernier. Et il y a aussi Mitchell Marner. Les Maple Leafs n’ont pas juste un joueur de concession, ils ont le bonheur d’en avoir trois.

Souvent dans l’ombre de Matthews et Tavares, deux centres, Marner continue de prouver qu’il vaut son pesant d’or avec les Leafs. Le petit ailier droit de 21 ans s’inscrit au rang des phénomènes, comme ses deux coéquipiers.

Marner a joué un rôle colossal dans le gain de 3 à 2 contre les Bruins lors du troisième match de la série, lundi à Toronto. Il a attiré les réflecteurs dans sa direction pour son courage et sa détermination.

Dans les toutes dernières secondes de la rencontre, le numéro 16 a bloqué deux tirs de David Pastrnak. Ça prenait énormément de cran pour se placer dans la ligne de feu.

Au son de la sirène confirmant la victoire des Leafs, John Tavares a immédiatement enlacé Marner, créant un effet de groupe. En temps normal, c’est plus le gardien qui reçoit les accolades après un match serré. Et Frederik Andersen en méritait également une avec une sortie de 34 arrêts.

« Je n’ai rien dit à Mitch, je criais plus que tout, a affirmé Tavares à sa sortie d’un entraînement au Centre MasterCard. Je l’ai juste félicité pour les deux tirs bloqués. Ça vient avec la douleur, mais ça fait partie du hockey. Un gars comme Mitch joue un grand rôle au sein de notre équipe. »

« Nous sommes déterminés et nous voulons gagner nos matchs, je ne suis pas le seul qui aurait bloqué ce tir, a renchéri Marner. Si la rondelle ne m’avait pas frappé, Jake Muzzin était aussi en position pour se placer dans la trajectoire du tir. Je me retrouvais directement devant Pastrnak. J’essayais de me faire le plus gros possible pour bloquer son tir. Je ne sais même pas où la rondelle m’a frappé. »

Ailier complet

À sa troisième saison à Toronto, Marner a atteint un autre niveau cette saison en franchissant le plateau des 90 points

(94 points) pour une première fois. Il avait obtenu 61 et 67 points à ses deux premières campagnes dans la LNH.

Il n’y a pas juste grandi sur le plan offensif. Mike Babcock lui a donné encore plus de responsabilités cette saison en l’utilisant en moyenne près de 20 minutes

(19 min 49 s), soit une augmentation d’un peu plus de trois minutes comparativement à ses deux premières saisons.

Marner est devenu une pièce importante de l’équipe en infériorité numérique.

« Mitch est très bon défensivement et les gens commencent à le réaliser, a affirmé Zach Hyman, son partenaire à l’attaque au sein de la première unité en désavantage numérique. Il a toujours attiré l’attention pour ses prouesses offensives. Mais il est plus que ça. Il est un joueur complet, il travaille fort et il a un très bon sens du jeu. »

Au dernier match face aux Bruins, Marner a passé un temps fou sur la glace avec 23 min 12 s. Il retire une grande fierté de son apport défensif à l’équipe.

« À mes deux premières saisons, il y avait plus de spécialistes de l’infériorité numérique au sein de l’équipe, a précisé le quatrième choix au total au repêchage de 2015. Cette année, nous avons perdu deux attaquants (Leo Komarov et Dominic Moore) qui obtenaient de bonnes minutes en infériorité numérique et nous cherchions un joueur pour faire le boulot. J’avais cette responsabilité dans la Ligue junior de l’Ontario à London. »

« Babs (Babcock) m’a demandé si je voulais jouer ce rôle, a-t-il continué. J’ai toujours aimé me retrouver sur la glace pour tenter de réduire au silence les gros canons adverses. »

10 millions et plus ?

À partir de l’an prochain, les Maple Leafs deviendront probablement la première équipe de la LNH avec trois joueurs de 10 millions $ et plus. Matthews gagnera 11,634 millions, alors que Tavares touchera 11 millions.

Si Matthews a choisi de prolonger son contrat cet hiver, Marner a décidé d’attendre à la fin de la saison pour négocier sa prochaine entente. Le directeur général des Leafs, Kyle Dubas, aura une gymnastique comptable à accomplir puisque Marner sera en position d’exiger une entente de plus de 10 millions à son tour.

Selon les collègues de Toronto, le clan Marner exigera un pacte de plus de 11 millions.

Les Leafs devront également se méfier de la possibilité d’une offre hostile d’une autre équipe de la LNH. Mais Marner devrait accepter cette offre avant de placer son équipe dans une position délicate.

Ce scénario serait surprenant puisque le jeune attaquant est originaire de l’Ontario et il désire poursuivre sa carrière à Toronto.